blogIl conseille aux homosexuels de "prendre un Efferalgan avec du cynanure" : le blogueur Bassem Braiki visé par une plainte

Par Youen Tanguy le 30/08/2018
plainte

Bassem Braiki, un blogueur notamment connu sur le réseau social Snapchat, est visé par une plainte de l'Amicale des jeunes du Refuge pour avoir tenu des propos homophobes dans une vidéo. Il y conseille aux homosexuels de « prendre un Efferalgan avec du cyanure ».

Il réagissait à la polémique sur les propos du pape faisant le lien entre psychiatrie et homosexualité. Dans une vidéo postée sur le réseau social Snapchat le 28 août dernier, le blogueur Bassem Braiki « conseille » aux personnes LGBT+ de « prendre un Efferalgan » et « de mélanger avec du cyanure » pour « se soigner ».

Et d'ajouter : « Faut éradiquer ce phénomène (...) Avant t’étais un homo tu vivais ça en cachette, tu vivais ton bonheur en cachette, là aujourd’hui vous voulez nous imposer des trucs, vous voulez que ça devienne normal. Et ben nous on se battra, on se battra bec et ongles pour la normalité (...). »

Une homophobie crasse révélée sur Twitter par l'association L'amicale des jeunes du Refuge, qui, dans la foulée, a annoncé à LCI qu'elle avait porté plainte contre le blogueur via un courrier adressé au procureur de la République de Lyon. La plainte dénonce, toujours selon nos confrères, des « faits d'incitation à la haine et de discrimination ».

A LIRE AUSSI : #NiPapeNiPsychiatre, le hashtag parfait pour répondre aux propos homophobes du pape François

Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT Frédéric Potier a de son côté envoyé un signalement au Procureur de la République de Paris pour ce qu'il estime être des « propos homophobes intolérables ».

Déjà condamné à plusieurs reprises

Bassem Braiki n'en est pas à son coup d'essai. Dans une vidéo publiée le 17 août dernier, toujours sur Snapchat, il s'agace d'une émission de télé où il a eu le grand malheur de voir « un speed dating entre 'sodomites' en train de boire un cocktail à la télévision publique ». Rien que ça...

Le blogueur a déjà été condamné à plusieurs reprises dans le passé. Une première fois à un an de prison, dont six mois avec sursis pour des faits de violence sur une personne handicapée et une autre fois à 1000 euros d’amende pour des propos tenus à l’encontre des supporters de l’Olympique lyonnais.

Crédit photo : Snapchat.