« Avec mes mères, nous formons une famille banale » : conçu par PMA, François témoigne

À 31 ans, François, qui vit à Liège en Belgique, est un enfant qui a été conçu par procréation médicalement assistée (PMA) à une époque où cette technique n’était pas autorisée pour les lesbiennes*. Lui et ses deux frères et soeurs ont été élevés par leurs deux mamans. Le couple s’est marié en 2013 et une procédure d’adoption pour la mère non biologique a été enclenchée dans la foulée. François est aujourd’hui accablé par les débats sur la PMA en France. Pour TÊTU, il accepte de témoigner.

« Je suis né en 1987 à Liège. De mères lesbiennes. Dans l’un des premiers centres hospitaliers de Wallonie qui acceptait d’avoir recours à des techniques de procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes. C’était, à l’époque, quelque chose de méconnu du grand public, cela se faisait par le bouche-à-oreille. En l’occurrence, Claire, ma mère biologique, connaissait les deux docteurs qui ont ouvert ce service.

Tout a été clair très rapidement, pour les médecins comme pour mes parents. Claire, et Annie, ma mère non biologique, qu’on a toujours surnommée Nanou, ont été accueillies sans problème. Il y avait dans cet hôpital une volonté assumée d’avoir recours à une PMA pour un couple de femmes. C’est ainsi que, le 23 mai 1987, ma soeur jumelle, moi et nos deux mamans, avons commencé notre petite vie de famille. Ensemble. Notre frère Cyrille est arrivé après. 

« Une famille comme les autres »

Les premières années de notre vie à Liège, on ne se rendait pas vraiment compte de notre différence. Nos parents nous ont expliqué très vite comment on avait été conçus. Il n’y a jamais eu de secret entre nous. Elles ne nous ont jamais raconté d’histoires. Une fois en âge de comprendre, c’était pour nous la normalité. Nous étions une famille comme les autres. On ne se posait pas de questions.

Claire, Cyrille (au milieu) et François, à gauche.

On n’a pas subi de discrimination à l’école, ni de la part des enfants ou de leurs parents, ni des enseignants. Il faut dire que ma mère a toujours été très claire et ferme avec les établissement scolaires. Elle disait : « C’est ma famille, c’est comme ça. Si cela pose un problème, alors je n’inscrirai pas mes enfants dans votre établissement. » Grâce à elle et au fait qu’on était une fratrie assez soudée, on a évité tout un tas de remarques malveillantes.

L’homoparentalité, c’est banal

Le seul souvenir de discrimination que j’ai en tant qu’enfant, c’est lorsqu’on a découvert qu’une amie de ma soeur ne pouvait pas venir chez nous parce que ses parents le lui avaient interdit. À ce moment-là et pour la première fois, je me suis rendu compte que les gens pouvaient être cons.

On a eu de la chance, durant toute notre enfance, nous avons évité ce sentiment. Par exemple, quand les amis venaient à la maison, ils oubliaient qu’ils étaient dans une famille « différente ». Nous formons une famille banale.

« C’est vraiment paradoxal de se dire que ma famille a pu faire office d’exemple pour d’autres. »

Adolescent, certains de mes amis enviaient même notre situation. Mes parents étaient ensemble depuis plus de 20 ans à l’époque. Elles s’aimaient et ça se voyait. Certains amis ont eu à supporter le divorce de leurs parents. Ils me disaient que j’avais de la chance, d’avoir des mères comme les miennes. C’est vraiment paradoxal de se dire que ma famille a pu faire office d’exemple pour d’autres.

Claire et Cyrille, la soeur et le frère de François.

Alors oui, tout à été paisible jusqu’à mes 25 ans. Car pour la première fois, nous avons été profondément blessés. Nous nous sommes sentis menacés. C’était lors des débats et des manifestations autour du mariage pour tou.te.s en France. Dans ma famille, on a eu énormément de difficulté à entendre, à comprendre. 

Une existence remise en question

La violence était très particulière, car symbolique. Les personnes qui adhèrent aux idées de la Manif pour tous, ou d’autres mouvements conservateurs, ne vont pas nuire directement à notre famille. Mais nous nous sommes quand même sentis en insécurité. On s’est rendu compte que, pour la première fois, un mouvement réel, proche de chez nous, s’opposait au principe même de notre existence. Car de tels débats visaient, pour les opposants, à ne pas autoriser légalement l’existence de ce type de couple, donc de famille.

C’est comme si ces personnes niaient le fait que les enfants de couples lesbiens existent. Or nous existons bel et bien déjà !

« Je me suis rendu compte que mes mères ont été très courageuses. »

Cyrille (à gauche), Claire (au milieu) et François (à droite) lors du mariage de leurs parents.

Je me suis rendu compte que mes mères ont été très courageuses. Elles savaient que ça allait être un véritable chemin de croix pour elles. Elles ont dû faire passer la pilule auprès de la famille, notamment auprès d’une de mes grands-mères que nous avons finalement rencontrée à 12 ans. En dehors du cercle familial, elles ont dû se battre, affronter parfois des esprits étroits, ignorants. Subir les lourdeurs administratives, souvent, faute de reconnaissance légale. Ma Nanou (la mère non biologique, ndlr) a obtenu le statut de mère en nous adoptant il y a quatre ans, seulement ! J’ai évidemment décidé de rajouter son nom derrière celui de ma mère.

L’amour inconditionnel

Je ne crois pas aux « normes » familiales, et d’ailleurs je n’ai pas à y croire. Sinon je reconnaîtrais le fait qu’il me manque quelque chose. Être un couple d’hommes ou de femmes n’a rien à voir là-dedans. On peut très bien être un père qui aime ses enfants de la mauvaise manière ou une femme qui ne les aime pas. J’ai vraiment beaucoup de mal à imaginer que la jeune génération, dont je fais partie, se reconnaisse dans des modèles d’un autre temps. Que précisément, cette génération-là puisse dire que la mère représente forcément l’amour, et le père l’autorité. 

Les mamans de François : Claire (à droite) et Annie (à gauche), lors de leur mariage en 2013.

Il ne me manque absolument rien. Claire et Nanou sont mes mères. Je suis convaincu que le plus important pour les enfants est d’avoir une, deux ou plusieurs personnes qui les aiment de façon inconditionnelle. Des personnes qui les portent pour grandir. Des parents. 

*La Belgique a ouvert la PMA à toutes les femmes, y compris aux couples de femmes, en 2007. Le mariage pour tou.te.s a été légalisé en 2003, l’adoption pour les couples homosexuel.le.s en 2006.

Propos recueillis par Marion Chatelin. 

Crédit photos : François Massoz-Fouillien / Wen Chi Su. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail