facebook

Michel Legrand : cinq chansons queer du compositeur de musiques de film

Michel Legrand

Décédé samedi 26 janvier, le compositeur Michel Legrand avait signé de nombreuses chansons de films iconiques pour le public LGBT. Petite sélection subjective et non-exhaustive des plus belles d'entre elles.

Compositeur attitré des films de Jacques Demy, dont l'homosexualité a été révélé des années après sa mort, Michel Legrand a marqué de ses chansons d'amour le public LGBT cinéphile. Et notamment les amateurs et amatrices de la Nouvelle Vague. Certaines sont devenues queer par leur reprise, d'autres par leur interprète original ou le film où elles figurent. Le compositeur et le réalisateur ont fait chanter à de nombreuses reprises l'icônique Catherine Deneuve. Mais le succès du compositeur décédé le 26 janvier 2018 avait largement dépassé les frontières de notre pays. Des "Parapluies de Cherbourg" à "Cléo de 5 à 7", petit tour des chansons préférée de la rédaction de TÊTU.

 

1. "Les Moulins de Mon Coeur" dans "L'affaire Thomas Crown" (1968)

Chantée initialement par Noel Harrison, cette chanson a remporté le Golden Globe de la meilleure chanson originale et l'Oscar de la meilleure chanson originale. "Les Moulins de Mon Coeur" aussi été reprise à l'envi. Et notamment par la chanteuse et icône lesbienne Dusty Springfield ou plus récemment par Juliette Armanet. Suffisamment pour rendre ce titre définitivement queer.  Son titre original est "Windmills Of Your Mind". Mais c'est sous celui de sa traduction française "Les Moulins de Mon Coeur" que cette chanson de Michel Legrand est plus connue dans notre pays.  Sa mélancolie  touche peu importe la langue. La force de ses cordes lancinantes sur laquelle la voix s'allonge. Seule la légère ligne de flûte en milieu de chanson parvient (parfois) à retenir les larmes. Elle a été écrite pour la bande son du film de Norman Jewison, "L'affaire Thomas Crown".

2. "Je ne pourrai jamais vivre sans toi" dans "Les parapluies de Cherbourg" (1964)

C'est la première chanson d'une série où Catherine chante un amour triste d'une voix aiguë et cristalline, toujours suspendue au-dessus d'un ensemble romantique et lent où dominent les cordes et le piano. Il aura fallu sa première collaboration avec Jacques Demy pour qu'elle chante à l'écran. Si "Les parapluies de Cherbourg" a marqué plusieurs générations de spectateurs, c'est notamment grâce à "Je ne pourrai jamais vivre sans toi".  Dans cette chanson, Catherine Deneuve se lamente à l'idée d'être séparée pendant deux ans de son amant. Une chanson à laquelle le compositeur Alex Beaupain et le réalisateur ouvertement gay Christophe Honoré font un clin d'oeil en 2011. Dans le film "Les Bien-Aîmés", ils font en effet chanter à l'actrice "Je ne peux vivre sans t'aimer". Le récit d'une passion interrompue et cette fois non par un départ, mais par la mort.

3. "La Chanson d'Andy" dans "Les Demoiselles de Rochefort" (1967)

Malgré son piano jazz et dansant, il n'est as le titre le plus connu de ce film de Jacques Demy. Dans "Les Demoiselles de Rochefort", "La Chanson d'Andy" est celle qui nous ravit le plus quand elle arrive à l'écran. Peut-être à cause de Gene Kelly, le plus gay-friendly des danseurs hétéro d'Hollywood. L'acteur au visage sculptural, moulé dans un polo rose, y livre un numéro de danse dont il a le secret. Alors que cuivres et piano s'affolent, il y chante en français son amour pour François Dorléac (la soeur de Catherine Deneuve dans le film comme dans la réalité) qu'il vient de croiser.

 

4. "Sans toi" dans "Cléo de 5 à 7" (1962)

Moins de pathos mais toujours autant d'émotion. En composant pour Agnès Varda, Michel Legrand couple la voix de Corinne Marchand à un piano seul. Dans "Cléo de 5 à 7", l'actrice y chante "Sans Toi". Un titre plus sobre que ses autres histoires d'amour malheureuse. Et quand les cordes chères au coeur du compositeur arrivent enfin, la voix descend dans les graves. Un motif inhabituel pour Michel Legrand. Les plus vigilantes et vigilants d'entre vous auront reconnu le compositeur lui-même installé au piano. Il fait en effet une courte apparition dans le film.

5. "Recette Pour un Cake d'Amour" dans "Peau d'Âne" (1970)

Des paroles de comptine orchestrée avec génie. Dans l'entêtante "Recette Pour un Cake d'Amour" de "Peau d'Âne", Catherine Deneuve et son alter ego proposent une recette plus difficile à réussir que d'obtenir une robe couleur de Lune. Les motifs de violons, flûtes traversière, piano et cuivres virevoltent uns à uns autour de la voix haut perchée. Seul défaut de ce titre, s'il fallait lui en trouver un : il a traumatisé plus d'une génération d'enfants qui ont piqué un oeuf dans le frigo en attendant en vain qu'un poussin en sorte au bout de 20 jours.

Crédit photo : PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail