Virginie Despentes reçoit le prix de la Bibliothèque nationale de France

Virginie despentes

L’autrice de la trilogie à succès « Vernon Subutex », ouvertement lesbienne, a reçu jeudi 6 juin le prestigieux prix de la Bibliothèque nationale de France (BnF) pour l’ensemble de son œuvre.

Elle est la première fautrice de fiction à recevoir ce prix littéraire prestigieux. Et la première femme ouvertement lesbienne à être récompensée. Virginie Despentes a reçu jeudi 6 juin le prestigieux prix de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il lui a été remis pour l’ensemble de son œuvre.

« Virginie Despentes est avant tout l’inventrice d’une langue puissante et poétique, à travers laquelle le mot, son rythme, donnent corps à un art jouissif de la narration, avait estimé la directrice de la BnF, Laurence Engel, en avril, lors de l’annonce de ce prix. Cette année, le choix du jury de la BnF fait écho avec bonheur à une écriture forte qui nous touche en profondeur« .

Un prix littéraire généreusement doté

Le prix de la BnF est doté de 10.000 euros. Il consacre depuis 2009 un auteur vivant de langue française, pour l’ensemble de son œuvre. Celui décerné à Virginie Despentes lui a été remis le 6 juin, à l’occasion d’un dîner de gala.

L’argent récolté au cours de ce dîner – le prix minimum du couvert est de 800 euros – sert à financer les travaux de rénovation du site historique de la BnF.

A LIRE AUSSI : « Vernon Subutex » : les premières images de la série diffusée sur Canal+ dévoilées

Une vingtaine d’ouvrages au compteur

L’actrice au style oral et direct a signé, depuis les années 1990, neuf romans, dont la trilogie « Vernon Subutex », récemment adapté en séries. Elle a également publié sept nouvelles, un roman graphique (« Trois étoiles », avec Nora Hamdi) et deux essais, dont le très remarqué « King Kong Théorie », adapté depuis au théâtre.

Membre de l’académie Goncourt depuis 2016, l’autrice a publié son premier roman, « Baise-moi », en 1994. Elle reçoit le prix Renaudot en 2010 pour « Apocalypse bébé » et, en 2015, le prix Anaïs Nin, le prix Landerneau et le prix de la Coupole pour le premier volet de « Vernon Subutex ».

Dans le passé, le prix de la BnF a récompensé des écrivains comme Patrick Modiano, Michel Houellebecq, Jean Echenoz ou encore l’historienne Mona Ozouf ou l’helléniste Paul Veyne.

(avec AFP.)

Crédit photo : Thomas Samson /AFP

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail