Félix Lefebvre et Benjamin Voisin nous racontent les coulisses du tournage d’Été 85

Ils sont beaux, ils sont jeunes, et l’été 2020 leur appartient. Benjamin Voisin et Félix Lefebvre, le duo du nouveau film de François Ozon, Été 85, nous racontent ce que ça fait de s’aimer à l’écran.

Cet article est issu du nouveau numéro du magazine TÊTU, disponible dans tous les kiosques ! Pour le recevoir directement chez vous, abonnez-vous. 

L’un porte les cheveux blonds et longs d’un ange pas très sage ; l’autre, les cheveux courts et l’œil alerte, joue les gentils caïds. Benjamin Voisin, 22 ans (déjà aperçu en ado tourmenté dans Un vrai bonhomme et Fiertés), et Félix Lefebvre, 20 ans (dont c’est le premier premier rôle à l’écran), s’aiment le temps d’un Été 85 sous la caméra sensuelle et romantique de François Ozon.

On les retrouve complices et joueurs, façon grand et petit frères, à la terrasse d’un café. “Le génie de François, c’est qu’il a dû sentir tout de suite qu’on allait s’entendre Félix et moi, explique Benjamin. On a passé beaucoup de temps ensemble, on est devenus potes. Alors, forcément, sur le plateau, tout était plus simple.” Mais ce beau roman d’amitié naissante – hommage aux années 1980 oblige – fait vite monter la température à l’écran. Des regards, des gestes, une tension évidente qui file des frissons. “En fait, pendant le tournage, on se laissait porter par François. C’est vraiment lui, son regard, son sens du montage, qui crée tout ça, défend Félix. Nous, on ne se rendait pas vraiment compte, je crois. Ce sont toutes ces petites scènes mises bout à bout dans le film qui font monter l’envie que les deux s’embrassent.”

Premiers baisers

Quand on évoque justement avec eux les scènes plus physiques, plus intimes, notamment ces longs baisers avec la langue filmés au plus près, les deux garçons éclatent de rire. “Un régal ! Franchement, il embrasse super bien, s’amuse Benjamin Voisin. Au premier bisou, on n’était pas fiers, on ne savait pas trop ce que ça allait donner. Et puis, une fois que tu es dans le film, ça prend tout son sens.” Pour Félix, guidé par le désir d’Alex, son personnage, le moment était aussi redouté qu’attendu : “Ce premier bisou, j’en avais envie. Ça m’a permis de comprendre Alex. Quand tu aimes ton personnage, tu vas au bout des choses.”

Habités par leurs rôles, par cette histoire d’ados pas si loin d’eux, les deux acteurs défendent l’évidence et l’universalité de ce premier amour comme un autre : troublant, euphorisant et déchirant. Quand on leur parle du regard des autres sur cette histoire entre garçons, ils haussent les épaules d’un commun accord. “Notre génération, celle qui arrive là, ce sera celle de l’égalité. Égalité des genres, égalité des amours, égalité pour tous, énonce Benjamin. De manière incontestable." La voix devient grave, précise. Il prend la question au sérieux : “Ceux que ça gêne encore, c’est le vieux monde. Mais ce film est à l’image de ce qui se passe en ce moment en France. La jeunesse bouge, les choses avancent. Le film se passe en 1985, mais j’ai l’impression que François parle d’aujourd’hui. Ça me touche que le film ne fasse jamais de l’homosexualité un sujet ou un problème. Ça parle à ma génération.

"L'histoire de tout le monde" 

Cette jeunesse a grandi avec les films d’Ozon, avec son regard et sa façon “énigmatique”, comme ils la décrivent tous deux, de regarder le monde. Félix se souvient de Jeune & Jolie, Benjamin de Dans la maison, avec la même sensation : celle de voir des films différents, des “films d’adultes” à la  fois “étranges et assez attirants”. Ozon leur a montré My Own Private Idaho et Stand By Me – sans que jamais Félix ne remarque sa ressemblance troublante avec River Phoenix.

Quand on la lui fait remarquer, le jeune acteur rougit sous l’œil amusé et fier de son partenaire. On n’avait pas vu pareille alchimie entre deux acteurs par-delà l’écran depuis le regard protecteur d’Armie Hammer sur Timothée Chalamet après Call Me By Your Name. Quand on évoque le lien entre les deux films, Benjamin doute. “Je n’ai pas eu envie de voir ce film parce que, de loin, j’avais l’impression que ces personnages vivaient dans un monde trop éloigné du mien, explique-t-il. Été 85, c’est plus concret, plus vrai. C’est l’histoire de tout le monde.” Pour Félix, cette comparaison inévitable est avant un tout souhait : “Si l’histoire d’amour d’Été 85 peut autant toucher les gens que celle de Call Me By Your Name, alors c’est qu’on aura bien fait notre travail ! C’est tout ce qui compte.” 

 

Eté 85, de François Ozon
Avec Benjamin Voisin et Félix Lefebvre, 
Actuellement au cinéma 

 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail