rio 2016Rio 2016 : Nike et H&M choisissent des ambassadeurs trans

Par Jérémie Lacroix le 10/08/2016
grandes marques personnes trans

Les grandes marques mettent de plus en plus en avant les personnes trans, lesquelles peinent à trouver leur place dans le monde du sport.

En 2009, l'athlète sud-africaine Caster Semenya faisait parler d'elle aux championnats du monde d'athlétisme de Berlin. Tout d'abord pour ses performances sportives. En effet, la marathonienne a décroché la médaille d'or en survolant la compétition. Ensuite, par la polémique qu'a suscité l'athlète intersexe, accusée par l'une de ses concurrentes, Paula Radcliffe, de bafouer l'équité dans le sport par ses caractéristiques physiques et hormonales qui relèvent de l'intersexualité (hyperandrogénie, syndrome d'insensibilité aux androgènes, génotype XY...). Caster Semenya avait d'ailleurs dû se plier à des tests qu'elle avait jugés humiliants et dégradants.

Le CIO modifie son règlement

Le principal critère favorisant de meilleures performances sportives retenu par le Comité international olympique (CIO) est le niveau de testostérone. Ainsi, la question est posée pour les athlètes intersexes et pour les athlètes trans ayant accompli une transition MtF (homme à femme), puisque leur niveau de testostérone les avantagerait par rapport aux autre athlètes. Si ce niveau d'hormone est reconnu comme favorisant de meilleures performances sportives, il ne doit en aucun cas être un motif d'exclusion de certains athlètes, ce qui serait contraire aux principes fondamentaux de la Charte olympique que sont l'équité et la non-discrimination. Trop peu d'études scientifiques viennent étayer les théorie sur les effets l'hyperandrogénie et l'intersexuation dans le sport, comme le rappelle le Dr Payoshni Mitra, spécialiste des questions de genre dans le sport. De plus, le règlement des JO ne peut soumettre les athlètes à des tests et/ou actes médicaux dégradants, lesquels sont contraires aux droits de l'homme. Enfin, ledit règlement doit prendre en compte les évolutions sociétales et légales, notamment celles relatives à l'identité de genre.
C'est dans ces perspectives que, fin 2015, le Comité international olympiques a modifié ses conditions d'éligibilité des personnes trans et intersexe pour leur permettre de participer au JO de Rio 2016, une première pour l'institution. Si les décisions prises sont un pas dans la bonne direction, il reste encore des progrès à faire tant d'un point de vue réglementaire qu'humain, à savoir changer la vision du milieu sportif et du public sur les personnes intersexe et trans. Preuve, en 2016, Casper Semenya est à nouveau attaquée par l'une de ses concurrentes.

Changer les mentalités

Dans ce contexte, Nike vient de dévoiler une nouvelle publicité dans laquelle la marque met à l'honneur Chris Mosier, le premier sportif trans à intégrer une sélection nationale aux Etats-Unis en tant qu'athlète de duathlon (une discipline associant course à pied et cyclisme). Dans ce spot publicitaire, intitulé "Unlimited Courage", Chris Mosier personnifie la confiance en soi et le dépassement de soi. L'athlète était déjà connu pour briller dans sa discipline avant de commencer sa transition en 2010. A travers plusieurs association, il milite pour la reconnaissance des athlètes transgenres. Son action a d'ailleurs contribué à la modification du règlement du CIO.
[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=_gq8PO9XK2Y[/embedyt]
Un combat qu'a également mené Caitlyn Jenner, qui avant de devenir une star de la télé a été championne olympique en 1976. C'est pour cette raison, que le géant suédois H&M l'a mise en scène dans une récente campagne publicitaire intitulée "Pour chaque victoire". Le spot aborde également le dépassement de soi, et plus précisément le dépassement de ses différences, des obstacles qui mènent à la victoire. Ainsi, on retrouve Mike Coots qui, malgré son amputation suite à une attaque de requin, continue de surfer. Ou encore Chelsea Werner, athlète atteinte de trisomie 21 qui est devenue championne de gymnastique. Caitlyn Jenner prête sa voix au récit avant d'apparaître quelques instants à la fin, incarnation de la victoire tant sportive que personnelle.
[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=38OV5g7yMEo[/embedyt]
Si ces publicités sont globalement bien acceptées, elles suscitent également des réactions d'incompréhension voire de rejet, notamment sur les réseaux sociaux, comme ce fut le cas sur le compte Twitter de la marque à la virgule. Quand on connait le peu d'intérêt que suscite la question des personnes trans et intersexes dans l'opinion publique et dans la sphère politique, on ne peut que saluer ces initiatives qui ne sont, a priori, pas source de bénéfices commerciaux évidents pour ces grandes noms de la mode. Qui a dit que les marques n'étaient qu'opportunisme ?
Pour en savoir plus :
[contact-form-7 404 "Non trouvé"]