facebook

Pour les ados, le pire serait d'avoir l'air d'une "pute" ou d'un "pédé"

stéréotypes de genre étude sur le cybersexisme

Une récente étude sur le cybersexisme nous éclaire sur les stéréotypes de genre chez les adolescents, ainsi que sur les LGBTphobies.

La cyberviolence (acte isolé) et le cyberharcèlement (acte volontaire répété) sont de plus en plus étudiés et documentés dans le but de lutter contre ces fléaux qui touchent notamment les jeunes et qui peuvent avoir des conséquences dramatiques. Néanmoins, la recherche actuelle en la matière ne permet pas de prendre en compte la dimension sexiste des phénomènes étudiés. C'est pourquoi l'Observatoire Universitaire International Education & Prévention (OUIEP) - commandité par l'Observatoire Régional contre les Violences Faites aux Femmes (ORVFF) du Centre Hubertine Auclert - a mené la première grande enquête sur le cybersexisme en milieu scolaire (de la 5ème à la 3ème et en 2nde) et propose comme première définition :

Des faits qui font violence aux individus, se déploient à travers le cyberespace, contaminent l’espace présentiel ou réciproquement et qui visent à réitérer les normes de genre ciblant distinctement garçons et filles ; bref, à mettre ou à remettre chacune et chacun à la « place » qui lui est assignée dans le système de genre.

Les filles face à des injonctions contradictoires

Les "attentes de genres" sont donc les attentes sociales (une série de normes) pesant de manière différenciée sur les filles et les garçons en fonction de leur sexe biologique. Ce système de genre est source de violences envers ceux qui s'éloigneraient de cette norme. Ainsi, les élèves les plus vulnérables sont ceux qui s’éloignent le plus des formes idéalisées de masculinité ou de féminité. C’est par exemple le cas des élèves s’identifiant comme lesbiennes, gays, bisexuels, trans, queers ou perçus comme tels qui ne se comportent pas selon les normes attendues de la catégorie de sexe à laquelle ils ou elles sont assigné(e)s.
Ce cybersexisme et ses répercussions dans la vie réelle se traduisent distinctement entre les filles et les garçons. C'est ce que révèle la grande enquête menée par l'OUIEP en milieu scolaire. Ainsi, il a été observé que les filles faisaient plus souvent l'objet de violences sexistes que les garçons, lesquels sont le plus souvent à l'origine de ces violences que les filles. Chez les filles, les attentes de genre se jouent sur l'apparence et la capacité à être désirable sans en faire "trop", par exemple en se mettant en scène sur la photo de profil d'un réseau social. En somme, il faut qu'elles ne fassent pas "pute", sans être "prude" : des injonctions contradictoires difficiles à maîtriser et aux conséquences sociales fortes (réputation, harcèlement...). 22% des filles interrogées déclarent faire l'expérience d'insultes sexistes (être traitées de "putes" ou de salopes" notamment).

Les garçons dans une mise en scène de la masculinité hétérosexuelle

Chez les garçons, les attentes de genre se jouent différemment ; il n'y a pas cette peur de "trop se montrer". Le pire, pour les garçons interrogés, serait de "faire pédé". De fait, cela passe par diverses attitudes et mises en scène faisant montre de masculinité hétérosexuelle et de virilité : agressivité, intérêt pour le sport, appétit sexuel... Surtout, il ne faut pas paraître faible et sensible, manifestations réservées aux non-hommes : aux femmes et aux "pédés".
Si les violences physiques en raison de l'orientation sexuelle (réelle ou supposée) sont peu révélées par les élèves interrogés, les insultes à caractères sexistes, homophobes ou lesbophobes touchent entre 10 à 16% des élèves selon des intensités variées (nombre de fois où ils en sont victimes). Et l'étude de rappeler :

Les attentes genrées sont observées et négociées quotidiennement chez les élèves, dans l’établissement scolaire comme dans la sphère cyber. Elles ont un impact sur la manière dont garçons et filles échangent entre eux et se mettent en scène sur les réseaux sociaux.

L'OUIEP propose donc une série de recommandations afin de lutter contre le cybersexisme, de l'implication des élèves à la réflexion sur le cyberespace, en passant pas la formation des personnels.
L'intégralité de l'étude est disponible sur le site de l'OUIEP.
 
Pour en savoir plus :
[contact-form-7 404 "Not Found"]


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail