facebook

Le réalisateur de "Moonlight", Barry Jenkins, dévoile la bande-annonce de son nouveau film

C'est le retour de l’enfant prodige. Un an après avoir remporté l'Oscar du meilleur film pour « Moonlight », le réalisateur Barry Jenkins vient de dévoiler la première bande-annonce de son prochain film, « Si Beale Street pouvait parler ». Une adaptation du roman de l’écrivain noir et homosexuel James Baldwin.

En 2016, il nous a ému aux larmes avec « Moonlight », l'histoire émouvante d'un jeune noir se débattant avec son identité sexuelle dans un Miami rongé par les drogues et les violences. Au passage, le film a décroché trois oscars dont celui du meilleur film.
Le réalisateur américain revient avec l’adaptation d’un roman de James Baldwin publié en 1974. C'est d'ailleurs dans un tweet, rendant hommage au jour de la naissance de l’écrivain noir et homosexuel, compagnon de lutte de Martin Luther King et militant de la cause gay, que le cinéaste a dévoilé la première bande-annonce de son nouveau long-métrage au casting entièrement composé de comédiens et de comédiennes afro-américain.e.s :


« Pour moi, le 2 août sera toujours un jour où rendre hommage, alors voici... un avant-goût de ce qui va venir. Joyeux anniversaire Jimmy », a écrit le cinéaste sur son compte Twitter.
A lire aussi: Barry Jenkins, réalisateur de "Moonlight" : "Mon héros est pauvre, noir, gay... C'est ma vie"
« Si Beale Street pouvait parler » raconte une histoire d'amour dans le quartier de Harlem entre Tish (incarnée par la jeune comédienne Kiki Layne), une femme noire de 19 ans, et un sculpteur noir, Fonny (joué par Stephan James). Les deux amoureux attendent un premier enfant et doivent se marier quand Fonny est accusé de viol et jeté en prison. Leurs deux familles se lancent alors dans une quête de vérité pour prouver l’innocence du jeune homme.

L'héritage colossal de James Baldwin

Décidément, ces dernières années, le cinéma n'a de cesse de redécouvrir l'héritage colossal de James Baldwin. Les textes de l'écrivain américain, qui s'était réfugié en France pour fuir le racisme de son pays, ont servi de base à l'excellent documentaire de Raoul Peck, « I Am Not Your Negro », sorti en 2016. Le film avait d'ailleurs remporté le César du meilleur film documentaire en 2018.
A lire aussi: "I am not your negro" : l'histoire du racisme par l'écrivain gay James Baldwin
Pourtant de son vivant, l'écrivain, n'a pas entretenu de très bons rapports avec le cinéma. En 1968, Baldwin se lance dans un projet d'adaptation ciné du cultissime livre « L’Autobiographie de Malcolm X » d’Alex Haley, bouquin écrit en collaboration avec l’activiste de la cause noire assassiné trois ans plus tôt.
Mais contrarié par l'intervention intempestive des studios, Baldwin abandonna le projet en rase campagne et tourna définitivement le dos à Hollywood. Il nous tarde donc d'assister aux retrouvailles entre le septième art et l'écrivain de « La Chambre de Giovanni ». La sortie de « Si Beale Street pouvait parler » est annoncée pour cet automne aux Etats-Unis.
 


Crédit photo: capture écran bande-annonce/Youtube.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail