agressionParis : une travailleuse du sexe transgenre tuée au bois de Boulogne

Par Youen Tanguy le 17/08/2018
transgenre

Une personne a été mortellement blessée dans la nuit de jeudi à vendredi dans le Bois de Boulogne à Paris, a-t-on appris de source judiciaire. Selon plusieurs associations, il s'agit d'une travailleuse du sexe transgenre originaire du Pérou.

Le drame s'est déroulé dans la nuit de jeudi à vendredi. Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transgenre d'origine péruvienne, a été mortellement blessée à Paris par un groupe de sept à huit personnes, a-t-on appris des associations Pari-T et Inter-LGBT.

Une information partiellement confirmée par une source judiciaire à TÊTU, qui parle, elle, d'une « personne travestie » sans être en mesure d'affirmer que la victime était bien une femme transgenre.

Triste et révoltée par l’assassinat de Vanesa Campos. Elle était une femme trans péruvienne, et a été tue hier soir...

Publiée par Giovanna Rincon sur Vendredi 17 août 2018

Vanesa Campos a été retrouvée dans le Bois de Boulogne, situé dans le XVIe arrondissement de la capitale, avec une plaie au niveau du thorax, selon une source policière à l'AFP confirmant une information du Parisien. Selon une autre source policière, la victime serait intervenue dans un conflit avec « un groupe de 'roulottiers' qui écume le bois et détrousse les clients et prostitués ». C'est à ce moment-là qu'elle aurait été molestée, avant d'être tuée.

Un meurtre transphobe selon les associations

Selon Clémence Zamora Cruz, porte-parole de l'Inter-LGBT, interrogée par TÊTU, il s'agit bien d'un meurtre transphobe. « Elle a été tuée parce qu'elle était une femme transgenre, migrante et travailleuse du sexe », dénonce-t-elle avant d'évoquer la « précarisation des personnes exerçant cette profession à cause de lois répressives ».

Les agresseurs ont pris la fuite et la brigade criminelle de la police judiciaire est saisie de l'enquête, selon une source judiciaire à TÊTU.

En mars dernier, une vidéo montrant une « brigade anti-trav » agresser des personnes transgenres dans le XVIIe arrondissement de Paris avait provoqué la colère des associations LGBT+ et entraîné plusieurs dépôts de plainte. Selon le dernier rapport de SOS Homophobie, les actes transphobes, des insultes aux agressions physiques, ont augmenté de 57% entre 2016 et 2017.

Crédit photo : REMY GABALDA / AFP