cinémaLukas Dhont, réalisateur de "Girl": "J'ai fait ce film pour ouvrir une conversation"

Par Renan Cros le 10/10/2018
Girl

Pour un premier film, c’est un coup d’éclat en forme de coup de boule. Avec « Girl », épopée douloureuse et sensible d’une jeune ballerine transgenre, Lukas Dhont frappe fort. Et juste, surtout. Du haut de ses 27 ans, le jeune réalisateur belge porte à l’écran cette histoire d’émancipation et de souffrances, sans jamais céder à de fausses pudeurs ou au voyeurisme choc. Du cinéma qui filme l’humain dans toute sa complexité. Doublement récompensé au dernier Festival de Cannes (Caméra d’Or et Queer Palm), le film semble s’engager dans la course aux prochains Oscars. De l’impact énorme du film, en passant par la performance hallucinante de son comédien principal, jusqu’à ses choix de mise en scène pour représenter et raconter la transidentité, Lukas Dhont revient avec nous sur les forces de sa « Girl ».

Depuis sa présentation à Cannes, « Girl » est en train de devenir un phénomène. Deux prix, des critiques dithyrambiques, une tournée des festivals aux Etats-Unis… Comment vit-on ce succès fou pour un premier film ?

Je ne vais pas faire semblant et me cacher derrière une fausse modestie. J’aime énormément mon film ! (rires) Je ne sais pas si ça se fait de dire un truc pareil. Mais avec toute l’équipe, je sais qu’on y a mis tout ce qu’on avait en nous. Ça peut paraître niais de dire ça mais c’est un film fait avec le cœur. Après, en ce qui concerne l’accueil, tout le monde me demande si je m’attendais à ça. Mais personne ne peut s’attendre à ça ! Personne ! Pour moi, il y avait une urgence à filmer cette histoire. Je suis heureux de voir et de sentir à quel point les gens sont touchés par Lara. C’est peut-être ça qui m’a le plus bouleversé à Cannes et lorsque l’on montre le film en festival. Les gens reçoivent l’histoire de Lara, ses choix, ses doutes et ils accueillent vraiment le film sans a priori. C’est très fort pour moi, pour toute l’équipe et pour « la vraie » Lara dont je me suis inspiré pour écrire le film. Faire un film, surtout comme celui-ci, c’est une expérience très intime. Et soudain, tu dois le lâcher et laisser le monde entrer. C’est comme si tu passais d’une relation exclusive à une relation très très ouverte d’un coup (rires). Faut un petit temps pour s’adapter !

A lIRE AUSSI : Une lettre ouverte appelle Hollywood à une meilleure représentation des personnes trans'

La force du film c’est sa bienveillance, son aspect très sensible, très lumineux pour traiter un sujet délicat et abordé trop souvent avec misérabilisme. C’était l’idée de départ ?

Ça me plait que vous parliez de bienveillance. C’est exactement ce que je cherchais. Ce n’est pas quelque chose de si évident que ça, en fait. J’ai très peur de la réaction du public américain, par exemple. « Girl », c’est l’histoire d’un personnage qui lutte contre lui-même. D’ordinaire, on préfère les films où le personnage lutte contre le monde extérieur. C’est plus rassurant, plus facile pour se positionner. Là, rien ne vient entraver la route de Lara... à part elle-même. C’est une souffrance énorme. Elle est ce qui l’empêche d’avancer. Elle a beau faire tous les efforts possibles, elle a beau être entourée par une famille qui l’aime et la soutient, il y a quelque chose en elle qui la ronge, quelque chose d’irréconciliable. Pour moi, c’est peut-être la plus grande violence que subissent les personnes trans'. Bien sûr, il y a les discriminations et le regard souvent très dur de la société. Mais il y a aussi ce chemin intérieur, ce combat contre soi-même. Je voulais un film plein d’amour pour essayer de consoler mon personnage et montrer aussi, qu’hélas, parfois ça ne suffit pas.

Girl
« Girl » raconte l’histoire de Lara, une ado transgenre qui rêve de devenir danseuse étoile.

Si on schématise, il y a dix ans, un film comme « Girl » se serait concentré sur le parcours de Lara pour affirmer sa transidentité à sa famille. Pourquoi avoir choisi de ne pas en faire « un sujet » et de raconter l’après ?

« Girl » n’est pas un film sur la transidentité. C’est un film avec un personnagene trans'. C’est très important pour moi. Lara sait qui elle est. Le monde autour d’elle aussi. Une fois que ça, c’est posé, il faut apprendre à vivre avec ce corps. C’est-à-dire avoir la patience de modeler ce corps à la vérité de qui l’on est. C’est un combat personnel, un combat avec elle-même. Le fait que Lara veuille être une danseuse classique, c’est une façon pour elle de faire obéir son corps à sa volonté. C’est un combat qui se met en place, une lutte à la fois très spectaculaire et très intime. J’étais très attaché à l’idée que le film ne sombre pas dans la « démonstration ». Je ne voulais pas faire de la transidentité un sujet en soi, mais au contraire, en faire un élément qui construit le personnage et son parcours. Je suis peut-être un peu naïf, mais je crois beaucoup à l’importance des films comme modèle. La manière dont le père de Lara soutient sa fille dans ses choix, la façon dont il s’inquiète de ses doutes et de ses erreurs, pour moi, c’est un idéal. Il faut montrer que ce genre de père existe. Je crois beaucoup à la visibilité positive des minorités. Ça donne une meilleure compréhension du monde. Ça ne veut pas dire qu’il faut simplifier les personnages ou passer toute les histoires à la moulinette « des bons sentiments » ! Non, ça veut juste dire qu’on a besoin de personnages forts, complexes, humains avec des doutes, des failles mais aussi des forces. Il est grand temps aujourd’hui qu’on offre des récits classiques aux personnages issus des minorités. C’est un peu mon obsession. Ecrire des histoires lambda d’adolescence, d’amour, de famille ou même, je ne sais pas, de vengeance ou d’horreur pour des personnages qui sont d’ordinaire cantonnés à ce qu’ils sont. J’adore la série « Pose » pour ça. Il n’y a pas plus classique, plus simple comme récit. Et c’est beau de voir ces personnages s’épanouir ainsi à l’écran dans des récits qu’on connait tous.

« Le père de Lara fait des erreurs, Lara aussi. Ils sont imparfaits. C’est ce qui en fait, pour moi, des personnages importants. »

Vous revendiquez donc le classicisme de « Girl » et sa douceur comme un message politique ?

Exactement ! Je ne sais pas si l’expression « message politique » est le bon, mais je revendique, oui, le droit de filmer et de raconter le parcours de Lara sans avoir à expliquer ou à verbaliser son identité ou même à forcément le dramatiser. Pour beaucoup encore, dans la société, une femme trans' c’est Madame Doubtfire. Ça me déprime ! Peut-être que la famille de Lara est une exception, peut-être que je suis un peu utopiste et que les choses ne sont pas si simples, mais moi, je crois à la force des histoires. Si la douceur et la bienveillance de Lara et sa famille peuvent devenir des modèles, c’est que « Girl » aura trouvé son chemin. Le père de Lara fait des erreurs, Lara aussi. Ils sont imparfaits. C’est ce qui en fait, pour moi, des personnages importants. Comme le père de « Call me by your name ». Cette scène à la fin, cette discussion entre un père et un fils est tellement belle, tellement juste. Peut-être que ça n’existe pas ce genre de père, peut-être que ça n’est que du cinéma. Mais si ça peut inspirer des gens à être plus à l’écoute de leurs enfants, c’est une victoire.

Vous contrebalancez quand même souvent l’extrême douceur des personnages avec la violence qu’exerce Lara sur son propre corps. Jusqu’à une scène choc très radicale…

« Girl » est un film sur l’adolescence avant d’être un film sur la transidentité pour moi. Lara cherche à maîtriser son corps et le tord, le modifie pour être qui elle veut être. Lara est confrontée à un miroir qui lui renvoie une image qui n’a aucun sens pour elle. J’ai beaucoup discuté avec des adolescentes en transition et notamment mon amie dont le film s’inspire. Toutes m’ont dit à quel point c’était violent de voir et d’avoir un corps qui ne vous appartient pas. Je me suis rendu compte en les écoutant que ça n’avait finalement pas forcément à voir avec le regard de la société. C’est un parcours intime, un trajet pour se réapproprier son corps qui demande beaucoup d’efforts. Comme si vous étiez étranger à vous-même. Pour moi, Lara s’inflige la rigueur de la danse classique jusqu’à la souffrance pour ressentir quelque chose. Personne ne peut comprendre ce qui se passe dans la tête de ce personnage. Personne. Lara est seule avec elle-même. Pour moi, son geste à la fin du film est une erreur. Mais je ne la condamne pas. On croit trop souvent que la transidentité est une simple affaire de changement de corps. Ça n’a rien à voir. C’est quelque chose de beaucoup plus profond, de beaucoup moins binaire. Dans le film, Lara souffre d’un certain idéal féminin. Elle veut ressembler à des modèles. Lara sera heureuse le jour où elle arrêtera de vouloir ressembler aux autres, le jour où elle comprendra que cette vision classique de la femme n’existe pas. Enfin elle deviendra qui elle est réellement.

« On aurait pu aussi prendre une actrice en transition. Mais j’ai longuement discuté avec des psychologues et des médecins spécialistes de la question et ils m’ont tous dit que ce n’était peut-être pas une très bonne idée. »

Vous avez choisi un acteur cisgenre pour jouer le rôle d'un personnage trans'. Pourquoi ce choix ?

Pour trouver Lara, j’ai fait un casting ouvert. J’ai rencontré des garçons, des filles, cis ou trans'. Je n’avais vraiment pas d’idées préconçues. Je cherchais un corps pour donner vie à Lara, pour donner vie à la danse. J’ai cherché un coup de cœur. Quand Victor est apparu, je ne me suis même pas posé la question du genre. C’était lui. Après, si je veux être très honnête, je me suis très vite rendu compte qu’un corps avec une allure masculine allait m’aider à construire la dramaturgie du film à l’écran. Comme une sorte d’antagonisme évident, immédiat à l’image. On aurait pu aussi prendre une actrice en transition. Mais j’ai longuement discuté avec des psychologues et des médecins spécialistes de la question et ils m’ont tous dit que ce n’était peut-être pas une très bonne idée. Les images du film vont rester. Et c’est une très lourde responsabilité d’imposer à quelqu’un l’image d’un corps en transition pour toujours. Les médecins m’ont dit que ça pouvait être très violent et que le film pourrait à la longue faire du mal. Une jeune adolescente trans' aurait été trop proche du sujet, elle n’aurait pas eu la distance nécessaire que l’âge adulte permet. Je pense que si le film avait été centré sur un personnage adulte, j’aurais pris un acteur ou une actrice trans'. Là, les enjeux émotionnels et psychologiques sont trop importants. Je ne voulais pas prendre la responsabilité de faire du mal pour la beauté de l’art.

Girl

A lIRE AUSSI : Scarlett Johansson renonce à incarner un homme transgenre dans "Rub and Tug"

Mais comprenez-vous que cela puisse heurter des personnes transgenres qui se voient représenter par une personne qui ne l'est pas, et qui, par définition, ne leur ressemble pas ?

Bien sûr que je comprends. Ce sont des questions parfaitement légitimes. Après, je ne peux pas m’empêcher de regretter l’agressivité qui, parfois, va avec. Je trouve ça vraiment dommage que certaines personnes jugent le film sur cette question sans même prendre la peine de comprendre ma démarche. J’ai rêvé « Girl » comme un film ouvert à tous. Un film pour ouvrir la conversation et permettre à tout le monde d’y participer. Ça me peine de voir ces réactions épidermiques. Je comprends qu’on s’énerve contre le choix de Scarlett Johansson pour jouer un personnage transgenre. Parce que ça c’est une décision économique, quelque chose qui n’a rien à voir avec un choix artistique et personnel. Ça, ça me rend fou. Mais mon choix est au service de mon histoire, au service de l’émotion que je veux transmettre en racontant l’histoire de Lara. J’espère que les gens qui avaient des a priori contre ce choix comprendront ma démarche après avoir vu le film et le travail de Victor...

« Girl » réalisé par Lukas Dhont avec Victor Polster, Arieh Worthalter, sort en salles ce mercredi 10 octobre 2018.

Crédits photos : Kris Dewitte.