transphobieUne femme trans' gagne les championnats du monde de cyclisme sur piste !

Par Marion Chatelin le 16/10/2018
Cyclisme

La cycliste canadienne, Rachel McKinnon, a gagné, samedi 13 octobre 2018, les championnats du monde de cyclisme sur piste. Une première mondiale pour une personne transgenre.

Une première historique. Une femme trans' a décroché la médaille d'or en sprint, lors des championnats du monde de cyclisme sur piste à Los Angeles, samedi 13 octobre 2018. Rachel McKinnon bat tous les records, puisqu'elle devient la toute première personne transgenre à gagner un championnat du monde, tous sports confondus. La cycliste canadienne s'est félicitée de cette victoire sur son compte Twitter.

Critiquée sur les réseaux sociaux

Mais elle a dû faire face à de violentes critiques et propos transphobes sur les réseaux sociaux, et ce, dès l'annonce de sa victoire. Jennifer Wagner-Assali, arrivée à la troisième place, fait partie de ceux qui s'insurgent : « Je suis la cycliste arrivée à la troisième place. C'est définitivement injuste », a-t-elle tweeté.

Des propos parfois extrêmement violents comme cet internaute qui écrit : « Comment pouvez-vous regarder les femmes que vous avez flouées dans les yeux ? Ne pensez-vous pas avoir fait reculer le mouvement trans' avec votre 'victoire' honteuse ? »

« Des bigots transphobes »

La cycliste, qui est aussi professeure assistante de philosophie dans un lycée de Caroline du Sud, aux États-Unis, s'est défendue de tout avantage physique sur son compte Twitter : « Je m'entraîne 15 à 20 heures par semaine, deux fois par jour, 5 à 6 jours par semaine. Oui j'ai juste sauté de mon canapé et gagné. Vous êtes des bigots transphobes. »

Interviewée par le site VeloNews la cycliste a déploré un climat plus que transphobe dans le sport :

« Les personnes qui s'opposent à l'inclusion des personnes trans' dans le sport nous confrontent à une double peine. Si je gagne, ils vont dire que c'est parce que j'ai un avantage sur les autres. Si je perds, ils vont se dire que je ne dois pas être assez forte. Ces personnes ne vont jamais attribuer ma victoire au fait que je travaille dur, c'est pourtant ce que je mérite. »

Crédit Photo : compte Instagram Rachel McKinnon.