facebook

La PDG de Victoria’s Secret démissionne suite à une polémique sur les mannequins trans’

La PDG de Victoria's Secret, Jan Singer, a démissionné, mercredi 14 novembre. Une nouvelle qui intervient quelques jours seulement après la polémique causée par l'interview qu'a donnée le directeur marketing de Victoria's Secret, Ed Razek, au site du magazine Vogue. Un entretien dans lequel il a tenu des propos transphobes et grossophobes.

C'est un doublé. Transphobe et grossophobe. Edward Razek, 70ans, directeur marketing de la maison mère de Victoria's Secret, a créé la polémique suite à des propos discriminants tenus lors d'une interview donnée au mythique magazine de mode, Vogue. Les mannequins transgenres n'appartiendraient pas, selon lui, au « fantasme » suscité par la marque de lingerie.

Ces déclarations ont déclenché une vague de critiques sur les réseaux sociaux, au point que le directeur marketing a présenté des excuses publiques, assurant que Victoria's Secret ne verrait aucune objection à recruter un mannequin transgenre. La PDG de la marque, Jan Singer, en poste depuis septembre 2016 a démissionné, mercredi 14 novembre, sans en préciser les raisons.

Interdits de podium

Interrogé sur la présence de mannequins trans' sur les podiums lors des différents shows de la marque, le membre de la direction générale de la marque répond : « Non, je ne pense pas que nous devrions. Eh bien, pourquoi pas ? Parce que le spectacle est un fantasme. C’est un événement spécial de 42 minutes. C’est ce que c’est. C’est le seul du genre au monde ».

Interdit.e.s de podium, donc. Des propos qui ont choqué les internautes : « Entretenir l'idée que les personnes trans ne peuvent pas être un idéal ? Parce que c'est clairement ce que vous signifiez par 'fantasme', soyons honnêtes. Et dire que les modèles grande taille ne sont pas non plus désirées ? A la poubelle », tweete par exemple l'une d'entre elles.

« Hey Victoria's Secret, nous fantasmons sur les personnes trans' parce qu'elles sont sexy, alors allez vous faire foutre vous et votre show », s'énerve un autre internaute.

https://twitter.com/sagittariusnake/status/1060941535578124288

Excuses de la marque

En réaction aux violentes critiques, Victoria's Secret a publié un communiqué écrit d'Ed Razek, dans lequel ce dernier s'excuse au nom de la marque pour sa remarque qu'il qualifie d'« insensible » :

« Pour être clair, nous recruterions évidemment une mannequin trans pour un défilé. Des mannequins transgenres sont déjà venues aux casting, mais elles n'ont pas réussi... Mais ce n'était pas une question de genre. J'admire et respecte leur parcours vers l'acceptation de qui elles sont vraiment. »

Des excuses qui n'ont pas suffi à faire passer la pilule pour certains internautes, qui ont décidé de boycotter la marque : « Ne pas inclure des femmes trans', non-binaires ou de grande taille est un choix. Je choisis de ne plus jamais faire du shopping chez vous à nouveau. »

https://twitter.com/OEnvy_Us/status/1061397248234315776

De nombreux mannequins trans', interviewées par le média Mic, se sont élevées contre de telles prises de positions. Parmi elles et eux, Leyna Bloom, une mannequin qui avait lancé en avril dernier une campagne interpellant Victoria's Secret. Elle souhaitait devenir la première mannequin trans' racisée à défiler sur les podiums de la marque. En vain.

https://twitter.com/leynabloom/status/983246493179105280

Leyna Bloom appelle désormais au boycott de la marque : « C'est le moment où toutes les personnes trans' devraient abandonner cette marque (...). Le changement est déjà là, levez-vous, embrassez-le et ressentez-le. On va se battre pour notre place, maintenant. Nous sommes le passé, le présent et le futur. »

Outre la polémique, le départ de la PDG Jan Singer s'inscrit dans une conjoncture difficile pour la marque, qui a pâti ces dernières années, d'un ralentissement de ses ventes, en repli de 8% en 2017.

Crédit photo : TIMOTHY A. CLARY / AFP. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail