facebook

Jean-Marie Le Pen condamné à des amendes pour ses propos homophobes

L'ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen a été condamné à deux amendes de 400 euros chacune ce mercredi 28 novembre pour des propos homophobes tenus en 2016 et 2017.

Le jugement est tombé. Poursuivi pour plusieurs sorties homophobes, Jean-Marie Le Pen a été condamné ce mercredi 28 novembre par le tribunal correctionnel de Paris à deux amendes.

La première, d'un montant de 400 euros, concerne des propos tenus il y a deux ans. En mars 2016 d'abord, dans son "Journal de bord" vidéo sur son blog, l'eurodéputé avait affirmé : "Je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse... interdites, mais tout de même, dans l'exaltation de l'homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l'enfance et la jeunesse".

À LIRE AUSSI : Jean-Marie Le Pen au Tribunal correctionnel pour ses propos sur les homosexuels

Puis en décembre 2016, interrogé par Le Figaro sur la représentation des homosexuels au sein du FN, il avait estimé que "les homosexuels, c'est comme le sel dans la soupe : s'il n'y en a pas assez c'est un peu fade, s'il y en a trop c'est imbuvable".

L'association Mousse, qui lutte contre les discriminations homophobes et sexistes, avait porté plainte après ces deux sorties. L'ancien président du Front national devra d'ailleurs verser 4.000 euros d'indemnités à cette association.

Deuxième condamnation

La deuxième amende, également d'un montant de 400 euros, vise des commentaires datant d'avril 2017. L'eurodéputé avait alors commenté les obsèques du policier tué dans un attentat djihadiste sur les Champs-Élysées, Xavier Jugelé, au cours desquelles son compagnon s'était exprimé.

"Je pense que cette particularité familiale doit être tenue à l'écart de ce genre de cérémonie, qui gagnerait d'ailleurs à plus de discrétion", avait affirmé Jean-Marie Le Pen dans son "Journal de bord". Il devra, là encore, verser la somme de 7.000 euros d'indemnités au mari de Xavier Jugelé, Etienne Cardiles.

Pour Me Deshoulières, avocat de l’association Mousse : « Ce jugement confirme que la parole homophobe n’a plus sa place dans la politique française ».L'avocat de Jean-Marie Le Pen, Frédéric Joachim, a indiqué qu'il allait faire appel.

Un habitué des provocations homophobes

Lors du procès devant le tribunal correctionnel début octobre, le parquet de Paris avait requis 40 jours-amende à 100 euros pour chacun des deux dossiers jugés, soit 8.000 euros d'amende avec possibilité d'emprisonnement en cas de non-paiement, à l'encontre de l'ancien tribun, coutumier des provocations comme des poursuites judiciaires.

(Avec AFP)

Crédit photo : Wikimedia Commons. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail