Un deuxième homme retrouvé mort dans l’appartement du démocrate gay Ed Buck

Pour la deuxième fois en un an et demi, un homme noir a été retrouvé mort dans l’appartement de Los Angeles du démocrate ouvertement homosexuel Ed Buck. Un décès mystérieux qui inquiète les militants LGBT+.

La police de Los Angeles a reçu un appel dans la nuit du lundi 7 au mardi 8 janvier. La personne au bout du fil affirme qu’un homme a cessé de respirer dans un appartement de West Hollywood et qu’il n’a pas pu être réanimé, assure le New York Times, qui relaie l’information.

La victime a été retrouvée dans l’appartement du célèbre activiste politique, Ed Buck, connu pour avoir mené la campagne de destitution du gouverneur républicain de l’Arizona Evan Mecham, en 1987. Il est depuis un donateur récurrent du parti démocrate.

Selon le site internet OpenSecrets.org, il avait notamment financé les campagnes des candidats Barack Obama - à hauteur de 1.500 dollars - et de Hillary Clinton - pour un montant total de 2.950 dollars.

"Il est suspect que cela se soit produit à deux reprises"

Les autorités n’ont pas communiqué sur les conditions dans lesquelles est décédé l’homme et on ignore encore son identité, sauf à savoir que c’est un adulte de sexe masculin noir. Un terrible fait divers qui n’est pas sans rappeler la mort de Gemmel Moore, 26 ans, des suites d’une overdose en 2017. L’homme, lui aussi noir, avait été retrouvé sans vie, nu, sur un canapé dans le salon d’Ed Beck.

"Il est suspect que cela se soit produit à deux reprises, alors nous allons mener une enquête approfondie pour déterminer s'il s'agit d'un crime", a assuré le lieutenant Derrick Alfred à la chaîne de télévision KTLA-TV.

A LIRE AUSSI : Lyon : une vingtaine de décès soupçonnés d’être en lien avec le "chemsex"

Des drogues "pour son plaisir sexuel"

Une centaine de manifestants se sont réunis lundi soir en face de la résidence du démocrate Ed Buck pour réclamer justice. "Il ne s’arrête jamais", a déclaré Jasmyne Cannick, une activiste politique, en montrant l’appartement de Buck. "Un jeune homme, venu en avion du Minnesota, m'a récemment envoyé son billet pour me montrer qu'Ed Buck l'avait fait venir juste pour un plan cul."

Elle assure, sans que ses allégations soient confirmées par les autorités, que ce mécène du parti démocrate attire via des applications de rencontres des hommes, le plus souvent noirs, dans son appartement en échange d’argent. Il les droguerait ensuite pour "son plaisir sexuel".

Les justifications bancales de Buck

Mais il n’en est rien pour l’avocat de l’homme de 64 ans. "M. Buck n’a pas causé la mort de ces deux hommes, a-t-il assuré lors d'une conférence de presse . Il a simplement accueilli chez lui des amis de longue date qui, malheureusement, ne gèrent pas bien leur vie"

En 2017, aucune charge n'avait été retenue à l'encontre d'Ed Buck car, pour la justice, "rien ne permettait de prouver que Buck avait fourni de la drogue à Gemmel Moore ou que ce dernier avait lui même possédé de la drogue". On ne saura donc peut-être jamais ce qui s'est réellement passé dans cet appartement ces nuits-là.

Ce n'est pas la première fois qu'Ed Buck est confronté à la justice, rappelle The Advocate. En 1983, il avait été arrêté pour "indécence sexuelle publique" à la suite d'un incident survenu dans une librairie pour adultes. Il avait alors plaidé coupable et été condamné à une amende.

Crédit photo : capture d'écran Facebook.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail