facebook

Des élus devant la justice pour avoir jugé « homophobe » un arrêté du maire d’Aulnay-sous-Bois

affiches de prévention censurer Aulnay Angers

Plusieurs élus d’Aulnay-sous-Bois et deux blogueurs étaient jugés ce jeudi 7 mars pour avoir qualifié d’homophobe un arrêté municipal pris en 2016 par le maire de la ville, Bruno Beschizza. A l’issue de l’audience, le ministère public a requis la relaxe de tous les prévenus.

« On ne considère pas que monsieur Beschizza soit homophobe. On dit que l'homophobie peut qualifier l’arrêté pris par monsieur Beschizza. » Ces mots sont ceux de l’ancien député (PS) et élu d’Aulnay-sous-Bois, Daniel Goldberg. Et ils pourraient résumer à eux seuls le procès qui s’est tenu ce jeudi 7 mars au tribunal de grande instance de Paris.

L’homme politique, sept autres élu.e.s de l’opposition, et deux blogueurs, comparaissaient devant la 17e chambre pour des faits de diffamation et de complicité de diffamation. En cause : un communiqué de presse remontant à novembre 2016 dans lequel ils avaient qualifié « d’homophobe » un arrêté municipal du maire.

A l’époque, le maire de la ville, Bruno Beschizza, absent à l’audience pour cause « d’agenda compliqué » selon son avocat, avait édité ce texte pour faire interdire une campagne de prévention nationale contre le Sida, invoquant « la protection de l’enfance » et les bonnes moeurs. Rappelons que les affiches montraient des couple d'hommes, habillés, en train de s'enlacer avec en légende texte, entre autres : "Coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir".

A LIRE AUSSI : Censure des affiches gays, l'idéologie au détriment de la prévention

Un "coup politique et médiatique"

Tout au long de l'audience, les sept élu.e.s présent.e.s se sont succédé.e.s devant le tribunal pour dénoncer un « coup politique et médiatique » de Bruno Beschizza et marteler que ce n'est pas la personne qui était visée, mais bien le texte.

"Cela n'est pas anodin d'interdire une campagne de prévention sur la santé, a d'abord plaidé Daniel Goldberg à la barre, vêtu d’un costume gris foncé sur une chemise blanche et de chaussures noires. La première chose à faire aurait été de consulter les élus pour en discuter. Mais nous avons appris l'interdiction des affiches dans un tweet du maire et sur BFMTV. »

Et Gérard Ségura, l’ancien maire de la ville de Seine-Saint-Denis, d'ajouter ensuite : "Comment ne pas penser que les choses qui ont été dites et que l'arrêté qui a été pris ne stigmatisent pas une partie de la population ? " 

L'ancien édile, habillé d'un pull sous lequel se cachait une écharpe beige, a tenu à rappeler qu’à la même époque, des colleurs d’affiches 'anti-Beschizza' avaient, eux aussi, été poursuivis en diffamation par le maire. Ce dernier avait finalement retiré sa plainte quelques jours avant le procès. Il avait même fait voter en conseil municipal le remboursement de leurs frais d’avocat, soit un peu plus de 1700 euros.

"Des cerveaux intelligents et cultivés"

Costume-cravate noir sur chemise blanche, l'élu de l'opposition Guy Challier a lui aussi rappelé l'importance des mots. "C'est le texte qui a été jugé homophobe, pas Monsieur Beschizza."

De son côté, l'avocat de la défense, Thibault de Montbrial, a cherché tout au long de l'audience à prouver que son client n'était pas homophobe. "L'avez-vous déjà entendu tenir le moindre propos homophobe", demandera-t-il à tous les élus passés à la barre. Face à Guy Challier, il cherchera même à s'improviser « conseiller communication », selon ses propres mots. "J'ai réécrit votre communiqué en remplaçant les termes 'un arrêté homophobe' par 'un arrêté qui a eu pour effet de stigmatiser…'."

Dans sa plaidoirie, après avoir évoqué les « cerveaux intelligents et cultivés » présents dans la salle d'audience, il a expliqué vouloir croire à l'erreur sémantique. « Ils (les élus) n’ont peut être pas voulu dire que mon client était homophobe, mais dans cette ambiance où tout s'emballe, ils ont baissé la garde sur leur évaluation sémantique et on se retrouve avec un propos diffamatoire."

Et de conclure, sur la question des préjudices : « Les cerveaux ont une responsabilité. Et là, les cerveaux, même s'il n'ont pas mesuré la portée de leurs propos, le résultat est le même. Ça peut libérer des énergies malsaines et le message qui est renvoyé excède la limite de ce qui est tolérable. » 

Un contexte politique

Une plaidoirie qui n'a visiblement pas convaincue la procureure générale. "L'essentiel dans ce dossier est de savoir lire un texte, a-t-elle asséné avant de requérir la relaxe pour tous les prévenus. L'infraction n'est 'évidemment' pas caractérisée."

L’avocat de la défense, lors de sa plaidoirie, a commencé par rappeller le contexte politique en 2016. « Bruno Beschizza était le ‘petit poulain’ de François Fillon, lui-même fermement opposé à cette campagne d'affichage et plus globalement opposé au mariage pour tous et à l'adoption pour les couples de même sexe. » Il a ensuite rappelé que bon nombre de personnes avaient qualifié cet arrêté d’homophobe, y compris à l’Assemblée nationale, sans jamais être poursuivies par l’édile.

Bruno Beschizza semble d'ailleurs s'en être pris aux plus faibles, en témoigne la présence d'un blogueur parmi les prévenus, accusé de complicité de diffamation pour avoir diffusé le communiqué sur son site, "Aulnaycap !". "Aujourd'hui, on a peur de dire des choses sur Bruno Beschizza dans notre blog, a-t-il déclaré à la barre. On est un petit média, on travaille tous bénévolement. 'Aulnaycap !' n'est pas France 24 ou Le Parisien."

La décision sera rendue le 24 mai prochain. Hasard du calendrier, ça tombe le jour de l’anniversaire de Gérard Ségura. « J’espère que ça nous portera bonheur », ironise un élu.

Crédit photo : Capture d'écran Twitter.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail