« Il y a peu de sportifs out auxquels on peut s’identifier » : Ramon Martinez Gion, volleyeur pro et gay

[PREMIUM] Ramon R. Martinez Gion, 28 ans, est joueur de Volley professionnel à Toulouse. C’est aussi l’un des trop rares sportifs masculins ouvertement homosexuels à officier en France. Un détail loin d’être anodin dans un monde où le sujet est encore tabou. Pour TÊTU, il revient sur sa carrière.

Les sportifs professionnels « out » sont une espèce rare. Très rare. Alors quand un volleyeur comme Ramon R. Martinez Gion assume ouvertement son homosexualité, on veut tout savoir de lui.

Cet immense (1m97 pour 85 kilos) joueur hollandais d’origine espagnole a rejoint les Spacer’s de Toulouse en août 2018. L’attaquant à la gueule d’ange nous explique avoir compris qu’il était gay la première fois qu’il est tombé amoureux, « vers 10 ou 11 ans ». Et tout s’est très vite enchaîné. À 12 ans, il commence le Volley. À 16 ans, il fait son coming-out à sa mère. À 18 ans, il devient professionnel.

Selon lui, son homosexualité « n’a jamais été un sujet ». Comparé à tou.te.s ces athlètes LGBT+ qui doivent se cacher, son histoire tiendrait presque du miracle. En France, il est aujourd’hui l’un des rares sportifs pro masculins à être ouvertement gay. Et à vouloir en parler.

Alors forcément, TÊTU a voulu connaitre son secret pour être si à l’aise dans ses baskets. Interview.

Crédit photo : Rafail Ravonik.

Vous êtes l’un des seuls sportifs professionnels à avoir fait votre coming-out publiquement. Vous rendez-vous compte de l’impact que cela peut avoir ? 

À vrai dire, pas vraiment. Je ne savais même pas que j’étais l’un des seuls (rires) ! Mon orientation sexuelle n’a jamais été quelque chose de tabou pour moi. Je n’ai jamais lutté contre qui je suis. D’un point de vue sportif, lorsque vous évoluez dans une équipe – donc dans les sports collectifs – à un niveau professionnel, vous côtoyez vos coéquipiers toute la journée. À Toulouse, on s’entraîne deux fois par jour et on se voit le soir. Cela aurait été très compliqué pour moi de le cacher aux autres. Je pense aussi que faire son coming-out renforce l’esprit d’équipe.

Être ouvertement gay permet de gagner plus de matches ? 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail