Confinement : j’ai testé la sex party sur Zoom

[Chronique du sexe confiné 2/5] Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé un mois supplémentaire de confinement, David nous raconte son expérience de partouze... sur l'application de conférence vidéo Zoom. Une idée à suivre ?

Après un mois de confinement, l’appel du sexe se fait de plus en plus compliqué. Au début je passais sur Grindr, vite fait, pour vérifier que je n’avais pas de nouveau message de mes crushs en cours. Ça serait bête de perdre le lien avec ce mec qui avait l’air de bien vouloir me laisser le lécher partout. Je lançais des « Salut, ça va ? » à la volée, échangeais deux trois nudes, et je retournais à mes occupations de confiné : cuisine, Nintendo Switch, série Netflix.

A LIRE AUSSI : [Chronique du sexe confiné 1/5] "J'ai retrouvé les plans cam de mon adolescence"

Je savais que nos échanges ne seraient que vains, puisque je ne comptais pas - par respect pour nos soignants ou par peur de choper cette saloperie de coronavirus - me rendre chez un inconnu pour baiser. Et puis un soir, un peu échaudé par un skypéro - comprendre après plusieurs verres de Prosecco - je me connecte à Grindr, plutôt déterminé à briser le confinement. Et heureusement, tout le monde n'était pas aussi faible que moi....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail