covid-19"Sérophobie", "transitionner"... Ces mots qui font leur entrée dans "Le Petit Robert"

Par Timothée de Rauglaudre le 01/06/2020
dictionnaire

Le célèbre dictionnaire ajoute de nouveaux mots dans son édition 2021, liés à la crise du Covid-19 mais aussi à la communauté LGBT+, à l'image de "sérophobie", "pansexuel" ou "transitionner".

Jeudi 4 juin seront disponibles en librairie Le Petit Robert 2021 et Le Robert illustré 2021, ainsi qu'une mise à jour du Dico en ligne Le Robert. De nouveaux mots font ainsi leur entrée dans le "petit gris de la pensée", comme est surnommé un des dictionnaires de référence de la langue française. "Loin d’être restée confinée, la langue française telle que la présente ce dictionnaire manifeste sa vitalité, sa force d’expansion, son ouverture et, pour employer un mot à la mode, sa résilience cette année", s'est enthousiasmé à cette occasion Alain Rey, rédacteur en chef des éditions Le Robert, dans un communiqué.

À LIRE AUSSI : "Gouine" et "pédé" : découvrez l'histoire de ces insultes pour mieux les combattre

Dans le contexte de la crise du Covid-19, des termes de circonstance, devenus incontournable pour évoquer la situation actuelle, seront ainsi intégrés par Le Petit Robert, à l'image du "déconfinement", de la "téléconsultation", de la "distanciation sociale" ou du "patient zéro" - certains internautes ont fait remarquer, à cet égard, que l'expression était pourtant utilisée de longue date dans le cadre de l'épidémie de VIH. Mais, au-delà de la pandémie de coronavirus, Le Petit Robert a aussi profité de cette actualisation pour faire entrer dans ses pages des mots qui ont acquis de plus en plus d'importance dans la communauté LGBT+.

"Droit à la différence"

"Si l'on note toujours des sujets liés au numérique, à l'écologie dans cette nouvelle édition, on voit émerger un droit à la différence dans les mots, explique Édouard Trouillez, lexicographe pour Le Petit Robert, interrogé par Le Figaro. Les Français ont un regard nouveau sur l'intimité et la sexualité." Ainsi, le verbe "transitionner" est défini comme le fait d' "engager une démarche visant à faire correspondre son expression de genre à son identité de genre", c'est-à-dire le parcours que traversent la plupart des personnes transgenres.

À LIRE AUSSI : Pourquoi il ne faut (toujours) pas dire « clean » quand on parle du VIH

Le terme "pansexuel", qui décrit une personne attirée par les personnes indépendamment de leur genre, fait aussi son entrée, ainsi que la "sérophobie", définie comme une "hostilité envers les personnes séropositives". On peut également remarquer l'arrivée d'autres mots qui ne sont pas spécifiques à la communauté LGBT+ mais qui rythment les quotidien de beaucoup d'entre nous, comme "sexto" ou "polyamour". À noter qu'une telle actualisation de la langue française a visiblement mis en position latérale de sécurité Valeurs actuelles, qui se désole que "les dictionnaires français se parent du nouveau vocabulaire moderne et progressiste, et poursuivent la déformation de la langue française". Terrible...

 

Crédit photo : Pixnio