ChineGrindr est redevenu américain, mais ses nouveaux propriétaires ne plaisent pas à tout le monde

Par Timothée de Rauglaudre le 17/06/2020
app gay grindr

Les dirigeants du fonds d'investissement qui a racheté Grindr au mois de mars veulent faire de l'application un "lieu positif pour tous". Mais ils sont hétérosexuels, et c'est difficile à comprendre pour certains...

L'opération a été conclue au mois de mars, en pleine pandémie de Covid-19, pour une somme de 608,5 millions de dollars. Jusqu'alors, les dirigeants de San Vicente Acquisition Partners, nouveau propriétaire à 98,59% de Grindr, l'application star des rencontres gays, étaient restés discrets. Lundi 15 juin, Jeff Bonforte, Rick Marini, and Gary Hsueh, respectivement PDG, directeur de l'exploitation et directeur financier de San Vicente, sont sortis de l'ombre dans un article du magazine LGBT+ américain The Advocate.

À LIRE AUSSI : Ce rapport alarmant risque de vous passer l’envie d’utiliser Grindr, Tinder, et une dizaine d’autres applications

Jeff Bonforte et Rick Marini, qui ont répondu aux questions de The Advocate, s'identifient comme hétérosexuels. Tous deux se sont construit un CV en béton à la Silicon Valley : Bonforte a été aux commandes de Yahoo! Mail, Messenger et Flickr ainsi que cinq start-ups qu'il a fondées. Qu'est-ce qui a motivé des hétéros à racheter Grindr ? Jeff Bonforte dit apprécier la façon dont l'application a "survécu et prospéré" à travers des temps tumultueux, sa base d'utilisateurs "fidèle" et croissante, et sa capacité à être une force positive dans le monde pour la communauté LGBT+.

Sécurité des données

Visé par de nombreuses critiques sur la sexualité des nouveaux actionnaires, l'homme d'affaires a répondu à The Advocate. "Je ne pense pas qu'il faille être gay pour souhaiter avoir une communauté LGBTQ forte, saine et sûre, confie-t-il. Et donc je pense que nous voyons le rôle de Grindr dans cela, et nous espérons que nous pourrons le faire avancer." Résident du quartier du Castro à San Francisco, Bonforte dit avoir des "liens physiques étroits avec la communauté LGBTQ" (sic). Tous deux ont donné, en cumulé, 60.000 dollars à la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD), association américaine de lutte contre les LGBTphobies dans les médias, en 2017.

À LIRE AUSSI : Black Lives Matter : sous la pression, Grindr supprime son filtre ethnique

Fondé en 2009 par l'entrepreneur des nouvelles technologies Joel Simkhai, ouvertement gay, Grindr est devenu en 2016 la propriété à 60% Beijing Kunlun Tech, entreprise chinoise de jeux vidéo. Mais le gouvernement américain a vu d'un mauvais œil ce rachat et a fait part à la Chine de ses inquiétudes concernant la sécurisation des données des utilisateurs, notamment des militaires américains, qui pourraient faire l'objet de chantage, dans un contexte de tensions géopolitiques entre les deux pays. La sécurité des données sera un des enjeux centraux pour les propriétaires de Grindr, qui veulent faire de l'application un "lieu positif pour tous".