facebook

Après la Hongrie, la Roumanie interdit les études de genre

Les parlementaires roumains ont interdit, dans le cadre d'une loi sur l'éducation nationale, la mention à l'école d'une possible différence entre le sexe biologique et le genre.

Le Parlement roumain a interdit mardi 16 juin les études de genre dans les écoles et universités, s'attirant ce mercredi de vives critiques sur les réseaux sociaux et dans le milieu académique qui dénonce une dérive "illibérale" rappelant la Hongrie du Premier ministre national-conservateur Viktor Orbán, a-t-on appris de l'AFP. "Nous sommes stupéfaits (...) qu'une théorie académique puisse être interdite par la loi", a indiqué dans un communiqué l'université Babeș-Bolyai (UBB) de Cluj-Napoca, la deuxième plus grande du pays.

À LIRE AUSSI : Roumanie : l’abstention fait échouer un référendum contre le mariage pour tous

"Les cours sur l'identité de genre et l'égalité de chances seront interdits, en violation de l'autonomie universitaire", s'est insurgé le sénateur de centre droit et professeur à l'université de Bucarest Vlad Alexandrescu. La Roumanie s'aligne sur des positions promues par la Hongrie et la Pologne, devenant un régime qui introduit la police de la pensée." Selon un amendement à la loi sur l'éducation nationale déposé par un  théologien et sénateur d'un petit parti libéral-conservateur, le Parlement Mouvement populaire (PMP), et voté mardi, "sont interdites les activités propageant la théorie ou des opinions sur l'identité de genre en vertu desquelles le genre est un concept différent du sexe biologique et les deux ne sont pas toujours identiques".

Pétition en ligne

Ce texte, qui a déjà été adopté par les députés grâce notamment aux voix des sociaux-démocrates, toujours majoritaires bien que dans l'opposition, doit être promulgué par le président de centre droit Klaus Iohannis  pour entrer en vigueur. Plusieurs ONG et associations d'élèves et d'étudiants, appuyées par une pétition en ligne ayant recueilli plus de 16.000 signatures en quelques heures, ont exhorté le chef de l'État à ne pas entériner cette interdiction qui "enfreint les obligations assumées par la Roumanie" auprès d'organismes internationaux.

À LIRE AUSSI : C’est officiel : la Hongrie ne reconnaît plus les personnes trans’

Ce vote intervient après l'élimination par les élus d'un texte autorisant les écoles à introduire des cours d'éducation sexuelle. Avant la Roumanie, la Hongrie voisine avait interdit les études de genre en 2018. Le mois dernier, Budapest a également interdit l'inscription du changement de sexe à l'état civil et la reconnaissance juridique de l'identité de genre des personnes transgenres, malgré de nombreuses protestations internationales.

 

Crédit photo : Lucélia Ribeiro/Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail