facebook

Pour le mois des fiertés, les colleuses recouvrent Paris de messages queers

Alors que la Pride a été décalée en novembre, une centaine de militantes féministes s’étaient données rendez-vous dans les rues de Paris pour rappeler que la violence envers les personnes LGBT+ est trop souvent invisibilisée. Reportage.

La colle dans un sac de courses, la brosse dans la main, une centaine de colleuses de la région parisienne s’étaient donné rendez-vous par petits groupes dans les rues de Paris, pour écrire sur les murs. En ce mois des fiertés, elles ont voulu dénoncer les LGBTphobies qui continuent de tuer en France en 2020. “On colle pour dénoncer les agressions que l’on subit, commence F., mais aussi pour alerter les pouvoirs publics, les passants et dire stop à cette violence”. A ses côtés, elles sont cinq ce soir à arpenter les rues du Marais. Par petits groupes, le temps d’une soirée, elles se réapproprient l’espace public et les murs parisiens. Face à un bar qui déborde de monde, un slogan arraché dénonçait la façon dont les lesbiennes sont regardées dans l'espace public. "Il a probablement été collé la semaine passée", raconte l'une d'elles. ...


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail