facebook

Quatre personnes en détention provisoire après plusieurs guet-apens contre des homosexuels à Compiègne

Quatre personnes ont été placées en détention provisoire. Elles se faisaient passer pour un jeune homme sur un site de rencontre pour tabasser et dépouiller leurs victimes. La gendarmerie lance un appel à témoignage.

Plusieurs personnes ont été passées à tabac et dépouillées dans la région de Compiègne dans l'Oise depuis la fin du confinement du printemps. Quatre victimes ont été agressées par quatre autres personnes. Les agresseurs présumés ont été arrêtés par la gendarmerie et placés en détention provisoire.

Un plan drague crapuleux

Le procédé est crapuleux. Ces jeunes hommes avaient créé un profil sur le site de drague coco.fr. Les agresseurs se faisaient passer pour un jeune homme à la recherche d'un coup d'un soir avec d'autres hommes. À l'heure du rendez-vous, les jeunes agresseurs les dépouillaient, selon une information du Parisien confirmée par TÊTU. Une des victimes s'est ainsi fait voler sa voiture après avoir été tabassée sur un parking. Le domicile d'un autre a été pillé.

À LIRE AUSSI - Après leur agression, ce couple appelle à ne plus laisser passer le mot « pédé »

"Les quatre victimes identifiées ne sont que des hommes, même si le site s'adresse également aux couples hétéros", indique à TÊTU la gendarmerie. La recherche des victimes s'annonce compliquée. Au Parisien, les forces de l'ordre ajoutent : "Les voleurs voulaient se faire de l'argent facile mais n'avaient visiblement pas de motivation homophobe (sic)". Parmi les victimes, au moins l'un des hommes est marié avec une femme.

À LIRE AUSSI - Deux hommes arrêtés après une agression homophobe à Lyon

Placés en détention provisoire

Les enquêteurs soupçonnent l'existence d'autres victimes. Ces dernières sont appelées à se rapprocher de la gendarmerie de Compiègne. Les quatre suspects ont été interpellés, interrogés lors de leur garde à vue et placés en détention provisoire par le tribunal judiciaire. Ils sont poursuivis pour violences avec arme en réunion. Le journal francilien note que des agressions via ce site ont été constatées depuis au moins deux ans dans le département. En avril 2018, un mineur de 17 ans avait été mis en examen dans une affaire similaire.

Les victimes peuvent joindre la gendarmerie au 03.44.20.77.60.

 

Crédit photo : Clément Gault / Flickr


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail