homophobieDeux jeunes condamnés pour avoir jetés des œufs sur les clients d'un bar gay de Clermont-Ferrand

Par Nicolas Scheffer le 12/11/2020
Clermont-Ferrand

Deux hommes ont été condamnés à 105 heures d'intérêt général pour avoir envoyé des oeufs et de la bière sur les clients d'un bar gay à Clermont-Ferrand. Faute de preuves, le motif homophobe n'a pas été retenu.

Dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, les clients de la terrasse d'un bar gay ont été visés le 4 mai 2019. Trois jeunes dont un mineur leur ont lancé des œufs et de la bière dessus. Les témoins les ont également entendu proférer des insultes homophobes. "On est jeunes, on a voulu s'amuser, on n'a pas réfléchi...", a lancé l'un des prévenus devant le tribunal judiciaire. Ils ont été condamnés à 105 heures d'intérêt général sans que le motif homophobe ne soit retenu.

Ce soir du printemps 2019, la police interpelle les trois prévenus rapidement. En garde à vue, ils reconnaissent les faits, raconte le quotidien local La Montagne présent lors de l'audience qui s'est tenue plus d'un an et demi après les faits. "Je n'ai proféré aucune insulte. La musique était à fond dans la voiture, je n'ai pas entendu d'insultes", a indiqué le conducteur devant le tribunal. "Vous avez des problèmes d'audition ?", demande avec ironie le président. "Non..." "Vous avez des problèmes de malhonnêteté alors", a répondu le magistrat.

"C'était une blague de mauvais goût"

Certes, le second prévenu a concédé avoir jeté les œufs, mais comme son acolyte, pas les insultes. "On faisait des tours en ville, les œufs, c'était une blague de mauvais goût, mais non, les insultes, je ne m'en souviens pas", dit l'homme de 19 ans. Incrédule, le président répond : "il faut donc en déduire que les clients entendent des voix". Mais l'avocate de la défense rejette le caractère homophobe du larcin. "Être condamné à tort pour des propos homophobes quand on ne l'est pas, c'est particulièrement désagréable", a dénoncé Me Anne Pacard citée par le quotidien régional. Le troisième prévenu, plus jeune, devra être entendu devant la justice des mineurs.

Finalement, les deux adultes ont été reconnus coupables. Le tribunal les a condamnés à 105 heures d'intérêt général et les a relaxés, faute de preuves, concernant les injures homophobe.

 

Crédit photo : Instagram stuffonthegrnd