Les lettres d’amour enflammées du pianiste Frédéric Chopin à des hommes sortent des tiroirs

Durant le premier confinement, un journaliste s'est penché sur les diverses lettres envoyées par Chopin. Après avoir décelé des échanges équivoques, il accuse certains historiens d'avoir délibérément caché son attirance pour les hommes.

Et si l'illustre compositeur Frédéric Chopin aimait la gent masculine ? C'est bien l'idée que soutient Chopins Männer ("Les hommes de Chopin" en français), un programme radio suisse sorti récemment. Pendant près de deux heures, le journaliste Moritz Weber revient sur le décryptage de nombreuses lettres signées par le pianiste polonais. Et dénonce ainsi comment archivistes et historiens auraient volontairement caché sa sexualité non-hétéro afin de se conformer aux mœurs conservatrices du pays.

En analysant les écrits de Chopin, le journaliste assure être tombé sur une multitude de déclarations réservées à des hommes, dont certaines avec une tonalité homoérotique. Dans une lettre, il qualifie les amourettes qu'on lui présume avec des femmes de "voile pour sentiments cachés". Au sein d'une autre destinée à son ami Tytus Woyciechowski, le pianiste se montre plus frontal : "Vous n'aimez pas être embrassé. S'il vous plaît, laissez-moi le faire aujourd'hui. Vous devez payer pour le rêve salace que j'ai fait à votre égard la nuit dernière". Leurs échanges sont fréquemment ponctués par "donnez-moi un baiser".

Rétablir l'histoire

Mais plus qu'une simple omission, Moritz Weber affirme que les penchants homosexuels supposés de Frédéric Chopin ont été niés par les historiens. Dans une traduction de 2016, l'Institut Frédéric Chopin de Varsovie remplace un pronom masculin par un féminin, perpétuant cette idée que le musicien s'adressait à une femme alors que cela n'aurait pas été le cas. En parallèle, dans une biographie de Chopin parue en 2018, son auteur Alan Walker assure que les lettres homoérotiques du pianiste polonais s'expliquent par une "confusion psychologique" et que son désir sexuel "aurait dû être plus correctement adressé à Konstancja Gładkowska", une soprano avec qui il aurait supposément entretenu une idylle.

Pour autant, les potentielles histoires d'amour de Chopin avec des femmes auraient pu être fabriquées de toutes pièces, comme le relate le Guardian. "Ces histoires n'étaient que des rumeurs, fondées sur des notes de bas de page dans des biographies au fil des deux siècles derniers, avance Moritz Weber. Ni l'Institut Chopin, ni ses biographes n'ont été aptes à fournir de véritables preuves". Selon un porte-parole de l'Institut Chopin, la famille du musicien aurait confirmé des histoires d'amour avec des femmes. Mais à une époque où l'homosexualité n'était pas vue d'un très bon œil, il n'aurait pas été étonnant que Chopin mente à son entourage pour préserver son intimité ainsi que celle de ses éventuels amants. Sa "passion" supposée avec l'autrice féministe française et très probablement bisexuelle George Sand, pourrait dès lors n'avoir été qu'une façade.

À LIRE AUSSI – Les sonnets de Shakespeare lèvent le voile sur son orientation sexuelle

"Le fait que Chopin ait dû cacher une partie de son identité pendant longtemps, comme il le dit lui-même dans ses lettres, aurait laissé une marque sur sa personnalité et sur son art, soutient le journaliste suisse. La musique lui permettait de s'exprimer entièrement car le piano a l'avantage de ne pas avoir besoin de mots". Un argument appuyé par Chopin lui-même, alors qu'il écrit la déclaration suivante à Woyciechowski au fil de leurs échanges épistolaires : "je confie au piano les choses que j'ai parfois envie de te dire".

Crédit photo : Wikipédia


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail