alan turingLa pièce de théâtre "La Machine de Turing" pourra désormais être étudiée dans les collèges et lycées

Par Florian Ques le 17/12/2020
machine de turing

Multirécompensé aux Molières, le petit bijou théâtral de Benoit Solès gravit un nouvel échelon : La Machine de Turing rejoint la collection des Carrés classiques Nathan et pourra donc être analysé dans divers établissements scolaires.

Voilà une bonne nouvelle pour la visibilité LGBTQ+ en milieu scolaire ! Après son succès sur les planches, La Machine de Turing de Benoit Solès sera intégrée dès janvier 2021 à la collection des Carrés classiques Nathan. Composée d'environ 120 titres, cette collection destinée aux enseignant·e·s répertorie une multitude de grandes œuvres de la littérature et du théâtre, lesquelles sont accompagnées d'une section analytique leur permettant d'être décortiquées par les élèves. En d'autres termes, La Machine de Turing peut désormais être étudiée dans les collèges et lycées au même rang que les classiques de Molière.

LIRE AUSSI >> On a rencontré Benoît Solès, l'auteur du carton théâtral "La Machine de Turing" 

Inspirée par la pièce anglaise Breaking the Code signée Hugh Whitemore, La Machine de Turing revisite à sa manière la trajectoire aussi exceptionnelle que tragique d'Alan Turing. Durant la première moitié du XXème siècle, ce mathématicien gay et génial est parvenu à briser le code secret de l'Enigma, la machine utilisée par les Allemands pour crypter leurs communications pendant la Seconde Guerre mondiale. Malgré ses prouesses professionnelles, il se voit condamné en 1952 pour homosexualité. Il meurt quelques années plus tard après avoir ingéré une dose létale de cyanure, bien qu'un suicide n'ait pas été avéré.

Créée en 2018 et couronnée de lauriers lors de la cérémonie des Molières l'année suivante, La Machine de Turing devrait reprendre ses représentations à compter de la nouvelle année au Théâtre Michel, du mardi au samedi à 19h30. En parallèle, il n'y a plus qu'à croiser les doigts pour que de nombreux·euses professeur·e·s de littérature s'emparent de cette pièce contemporaine afin de l'étudier en classe. Et, ainsi, mettre en lumière à l'école l'une des grandes figures LGBTQ+ de l'histoire.

Crédit photo : Fabienne Rappeneau