facebook

Selon la BBC, l’essai transphobe de J. K. Rowling est « un des meilleurs écrits » de 2020

Dans un récent post de BBC News, le long texte controversé de l'autrice s'est vu distingué comme étant l'une des lectures les plus mémorables de l'année écoulée. Une prise de position du média anglais qui inquiète la communauté trans.

Depuis quelque temps, la BBC décerne le Russell Prize, soit un prix conçu pour distinguer les meilleurs écrits de l'année. Et pour son édition 2020, le média britannique s'est dit qu'il serait judicieux d'offrir la troisième place du palmarès… à J. K. Rowling. Jugée transphobe par beaucoup, la longue tribune publiée par l'autrice sur son blog personnel serait donc l'une des textes incontournables de ces douze derniers mois. Une distinction polémique que le journaliste Amol Rajan défend dans un article adjacent.

"Le déluge de haine auquel elle a fait face avant d'écrire ce post en fait quelque chose de courageux et ce n'était rien en comparaison avec ce qui est arrivé par la suite, souligne-t-il. […] Nous devrions applaudir la bravoure chez les écrivains, même ceux avec lesquels nous ne sommes pas d'accord". Amol Rajan fait surtout les louanges de l'autrice concernant son usage d'un "anglais impeccable". Mais, en parallèle, se dédouane de toute responsabilité concernant le propos du texte controversé de J. K. Rowling.

"Je suis impartial, avance le journaliste au début de son article, comme un avertissement. Je ne cautionne aucune des positions prises par ces écrivains. Si vous voulez me bombarder d'analyses post-structuralistes concernant la façon dont je renforce des discours et des hiérarchies d'oppression ou quoi que ce soit d'autre, honnêtement, ne perdez pas votre temps. J'aime simplement une belle écriture".

Un double standard qui ne passe pas

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes mettent en exergue la mauvaise foi évidente de la part de la BBC. Le premier média du Royaume-Uni avait en effet nommé le journaliste Ben Hunte correspondant dédié aux questions LGBT+. Mais elle louerait en parallèle les propos transphobes de J. K. Rowling : un double standard qui ne passe pas. "Donc la BBC empêche ses équipes de participer à des Marches des fiertés en faveur des personnes trans parce que ce serait 'politique' et controversé, mais donne à J. K. Rowling un prix pour honorer la 'bravoure' de son discours haineux, pointe du doigt une twittos. Notre diffuseur étatique fait donc de la transphobie institutionnelle". Ce n'est effectivement pas une première pour le média.

À LIRE AUSSI – La BBC interdit désormais à ses employés de participer aux Marches des Fiertés

"J'ai remarqué que la BBC semble avoir l'impression de devoir équilibrer ses reportages sur les thématiques trans en donnant la parole à des groupes transphobes comme la prétendue LGB Alliance pour offrir un contre-argument", fait remarquer John Nicolson, membre du Parlement du Royaume-Uni, sur Twitter. Le 15 décembre dernier, cette pratique est déplorée et jugée comme "extrêmement inappropriée" par Melanie Dawes, directrice générale de l'Ofcom, l'autorité régulatrice des télécommunications britanniques, soit l'équivalent du CSA outre-Manche. Une remise en question semble nécessaire.

Crédit photo : Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail