La BBC interdit désormais à ses employés de participer aux Marches des Fiertés

Par souci de "neutralité", les équipes du groupe médiatique britannique n'auront désormais plus le droit de participer activement à des événements jugés trop politiques. Une entrave à leur liberté individuelle jamais vue jusqu'ici.

La BBC serre la vis. Dans une récente annonce partagée sur son site, le groupe audiovisuel public n°1 du Royaume-Uni officialise l'instauration de nouvelles mesures pour garantir l'impartialité de ses équipes. Dès à présent, ses employé·e·s n'auront plus le droit "d'exprimer une opinion personnelle sur des sujets d'ordre public, sur la politique ou sur des sujets controversés". Ces règles restrictives s'appliqueront aussi bien aux réseaux sociaux, professionnels comme personnels, qu'à la vie réelle de tous les jours.

Une vigilance accrue

Souvent pointée du doigt pour son manque présumé de neutralité, la BBC espère rectifier le tir avec ces mesures inédites et rétablir une certaine crédibilité. Concrètement, les équipes du groupe devront être vigilantes quant à leurs partages sur les plateformes sociales mais aussi à leurs likes, leurs abonnements ou à tout type de réaction concernant du contenu en ligne. Ils n'auront également pas le droit de tenir des propos déplacés vis-à-vis de leurs collègues, leurs supérieurs ou de leur employeur au sens large.

À LIRE AUSSI – Des employés accusent le journal « The Guardian » de transphobie

Plus encore, il leur sera interdit de soutenir et/ou de participer à des manifestations mettant en péril leur neutralité. En guise d'exemple, un·e employé·e ne pourra pas afficher son soutien au mouvement Black Lives Matter, ni épauler la communauté LGBTQ+ en se rendant à une Marche des Fiertés.

Sanction à la clé

Sans surprise, ces mesures seront d'autant plus drastiques pour les équipes traitant de l'actualité et des faits divers, mais également des présentateurs·trices identifié·e·s auprès du grand public. En cas de violation jugée grave de ces règles fraîchement mises en place, un licenciement immédiat est envisageable. "Si vous voulez être un chroniqueur engagé ou un partisan politique sur les réseaux sociaux, alors c'est un choix valide, reconnaît Tim Davie, directeur général du groupe médiatique. Mais vous ne devriez donc pas travailler pour la BBC". Un changement radical qui risque d'en échauffer plus d'un·e.

Crédit photo : Margaux Bellott via Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail