Abo

transidentitésMiss Trans France : un concours militant et glamour pour la visibilité trans

Par Florian Ques le 26/12/2020
miss trans france

QUEERTOPIE. En marge de la compétition Miss France qui fêtait récemment sa 91ème édition, un comité a pour ambition de valoriser la femme trans dans un concours de beauté parallèle : Miss Trans France. Une initiative bienfaitrice.

Si les candidates trans semblent être persona non grata au sein du traditionnel concours Miss France, une alternative existe. Depuis quelques années, la compétition Miss Trans France gagne du terrain. Comme son nom l'indique, ce concours de beauté est entièrement dédié aux femmes trans, le tout à l'échelle hexagonale. "La France est un des seuls pays qui n'a pas de concours officiel auquel les miss trans peuvent s'inscrire, explique Livia Nielsen, présidente et membre fondatrice du comité. Je voulais avant tout créer ce comité pour que les candidates françaises puissent participer ensuite aux concours internationaux".

Pour Livia, c'est un projet de cœur. Et pour lequel elle possède une certaine maîtrise après avoir représenté la France au concours Miss International Queen en 2018. "J'étais effectivement la seule qui n'avait pas été élue à l'échelle nationale par un concours reconnu sur le territoire, détaille-t-elle. C'est pour ça qu'à mon retour, j'ai décidé de créer un comité dont l'existence est reconnue à l'international".

Un projet militant de bout en bout

Pour les débuts de ce concours, la chance n'est pas au rendez-vous : en effet, l'année 2020 est marquée par la crise sanitaire qui bouleverse les plans initialement prévus. À défaut de pouvoir organiser des épreuves et élections dignes de ce nom, le comité s'est donc aligné sur les concours équivalents d'autres pays. C'est ainsi qu'Aëla Chanel, première dauphine de 2019, est la détentrice actuelle du titre de Miss Trans France. Un rôle qu'elle chérit… mais qu'elle n'avait pas tout à fait prémédité. "Je viens d'une famille assez traditionnelle qui n'est pas du tout portée sur les concours de beauté, explique simplement la jeune femme. On va dire que je suis un peu tombée dedans comme Obélix est tombé dans la marmite [rires]".

miss trans france
Aëla Chanel, Miss Trans France 2020. (crédit photo : Victor Galvao)

De par son statut, la miss revendique volontiers des valeurs qu'elle défend bec et ongles. "Je suis une femme ainsi qu'une femme trans donc il y a déjà deux étiquettes, souligne Aëla Chanel. D'un côté, je représente toutes les femmes. D'un autre côté, étant une femme transgenre, je représente aussi la communauté LGBT. Ce sont deux aspects qui sont, pour moi, aussi importants l'un que l'autre". Parmi ses fers de lance, elle assure vouloir lutter contre les violences conjugales, le harcèlement de rue ou encore les actes transphobes. Des prises de position assurément militantes pour un projet qui l'est tout autant.

"Ce concours est tout à fait un acte militant, garantit Louïz, représentante de la France lors de la dernière édition de Miss International Queen. Je pense qu'il n'y a pas de façon type de faire du militantisme. On peut en faire à plusieurs échelles. Je le fais à travers mon art, d'autres à travers un concours de beauté, d'autres lors de manifestations. L'essentiel, c'est d'apporter un maximum de visibilité avant tout".

Entraide et visibilité

Là où les concours de beauté classiques sont souvent sous le feu de critiques pour leurs critères trop excluants, Miss Trans France se veut plus inclusif. "L'idée du concours n'est pas d'être élitiste, appuie Aëla Chanel. Ce qu'on recherche, c'est quand même des ambassadrices du pays et il serait ridicule de dire que toutes les Françaises font 1m80 et une taille 32". Pas de critères de poids ou de taille, donc. Pour prétendre au titre tant convoité, il faut de toute évidence être une femme trans – post-op ou non-op –, âgée entre 18 et 32 ans. Avoir la nationalité française ou un titre de séjour à jour figure également dans la liste de prérequis. Et, enfin et non des moindres, il est nécessaire de parler couramment français. "Il faut quand même embrasser les valeurs de la France et ça passe aussi par la langue", avance Livia Nielsen.

Quid des récompenses ? Car être élue miss conduit généralement à obtenir quelques avantages. Pour l'heure, le comité Miss Trans France étant encore à l'aube de son développement, le concours s'apparente surtout à un tremplin pour l'international. En guise d'exemple, participer à la compétition prestigieuse de Miss International Queen exige une préparation certaine. "Si l'on a rien anticipé, c'est la catastrophe, détaille Louïz. Une fois qu'on est sur place, on n'a pas le temps de grand-chose. L'idée, c'est donc de préparer la miss au mieux en termes de prise de parole, d'attitude, de tenues à porter".

miss trans france
Les participantes de l'édition 2019 toutes réunies. (crédit photo : Laurence Guenoun)

Pour l'artiste réunionnaise, la participation à cette compétition globale est primordiale. "On est conscientes que plus la France aura une visibilité intéressante dans ce concours, plus il y aura une visibilité au niveau national du sujet de la transidentité, assure-t-elle. Et forcément, nous, c'est tout ce qu'on souhaite pour faire bouger les lignes". La prochaine édition de Miss Trans France devrait à coup sûr être un pas dans la bonne direction. Cependant, en l'état actuel des choses, son organisation est peu ou prou en stand-by.

Un avenir encore flou

Bien que le concours 2021 n'ait pas encore de date fixée au vu de l'incertitude sanitaire, Livia Nielsen laisse entendre que celui-ci aurait lieu au cours du premier semestre de la nouvelle année. "Comme on ne sait pas comment ça va se passer avec l'avancée du Covid, on est un peu bloquées, avoue la présidente du comité. Mais on commence d'ores et déjà les pré-inscriptions pour savoir combien de candidates aimeraient faire le concours". Une compétition retransmise sur les réseaux sociaux serait envisagée, avec un vote du public qui serait comptabilisé par SMS. Mais dans l'idéal, Miss Trans France pourrait devenir un télé-crochet si suffisamment de sponsors se mobilisent et si les subventions sont au rendez-vous.

LIRE AUSSI >> Louïz, la chanteuse réunionnaise trans qui veut conquérir le monde

Pour celles qui souhaiteraient figurer parmi les candidates de la prochaine édition, toutes les infos sont par ici. Les pré-inscriptions sont actuellement ouvertes jusqu'au 31 décembre 2020.

Crédit photo : Laurence Guenoun