Adrzej DudaEn Pologne, la ville de Cracovie finance un refuge pour les personnes LGBT+

Par Nicolas Scheffer le 04/01/2021
Cracovie

La ville de Cracovie subventionne un foyer à destinations des personnes LGBT+ à la rue. Une initiative courageuse, quand d'autres villes, en Pologne, se déclarent "zones sans-LGBT" avec le soutien du gouvernement.

C'est une initiative qui dénote, tant la Pologne nous a habitué à son homophobie d'Etat. À Cracovie, la ville a décidé de financer un lieu pour les personnes LGBT+ à la rue. La municipalité prévoit de financer ce refuge pour les deux prochaines années, à hauteur de 184.000 zloty (40.000 euros environ). Ceci permettra aux personnes LGBT+ d'avoir accès à un logement et à un soutien psychologique. C'est la première fois qu'une telle structure est mise en place en Pologne.

"Nous voulons leur offrir un soutien psychologique pour qu'elles puissent sortir de la rue, trouver un emploi et retrouver une vie normale", a déclaré la fondatrice de La Voix du coeur, Monika Doroszkiewicz, au quotidien Gazeta Wyborcza. Ce refuge, créé en 2016, ne s'adressait jusqu'alors qu'aux femmes, mais recevait de nombreux appels de détresse de personnes transgenres. Il a donc décidé de s'ouvrir aux personnes LGBT+.

Des dizaines d'appels de détresse

La fondatrice dit avoir reçu des dizaines d'appels de détresse depuis août. Dans les foyers pour les personnes sans abri, les personnes trans sont notamment accueillies en fonction de leur état civil. Ainsi, des femmes transgenres se sont retrouvées avec des hommes cis et inversement.

À LIRE AUSSI - Le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Beaune, parle de son homosexualité dans le nouveau numéro de TÊTU

Faute de subventions, le foyer a failli fermer, explique Monika Doroszkiewicz . La ville de Cracovie a donc choisi de lui apporter son aide. "Nous sommes conscients du drame que vivent ces personnes et il est très important pour nous de les aider", indique à Gazeta Wyborcza Andrzej Kulig, le premier adjoint. Un autre refuge devrait ouvrir à Varsovie où le maire, Rafal Trzaskowski a signé une charte de soutien aux personnes LGBT+, indique Euronews.

Une LGBTphobie d'État

Ces positions tranchent clairement avec les autres villes. Une centaine de municipalités, encouragées par le gouvernement, se sont déclarées "sans-LGBT". Le pouvoir en place ne cache pas son hostilité aux personnes LGBT+. Pendant la campagne présidentielle pour sa réélection, Andrzej Duda a comparé les personnes LGBT+ à une "idéologie" comparable à  "une sorte de néo-bolchevisme".

À LIRE AUSSI - Qui est Przemyslaw Czarnek, le ministre de l’Éducation polonais qui compare l’homosexualité au nazisme

Alors que les institutions européennes ont refusé d'accorder des subventions à des villes "sans-LGBT", le ministre de la Justice polonais a annoncé qu'il les financerait. Les attaques contre les personnes LGBT+ est devenu un sujet de tension entre l'Union européenne et la Pologne.

À LIRE AUSSI - En Pologne, des militants d’extrême droite ont mis le feu à un appartement arborant le drapeau arc-en-ciel

Après des semaines intenses de négociation, la Pologne a finalement accepté la mise en place d'un mécanisme de conditionnalité des subventions au respect de l'État de droit. Mais le dispositif ne pourra pas être actionné avant 2022, pointe Le Monde. En 2020, l'ILGA-Europe a classé la Pologne comme pays le moins friendly d'Europe.

 

Crédit photo : Unsplash