trans7 comptes à suivre sur les réseaux sociaux pour s'informer sur les transidentités

Par Olga Volfson le 31/03/2021
transidentités

La Journée internationale de visibilité transgenre est l’occasion de célébrer les personnes trans, et d’alerter sur les discriminations et violences qu’elles subissent. Voici 7 ressources en ligne pour s’informer et se déconstruire sur les transidentités.

Depuis 2009, le 31 mars est la Journée internationale de visibilité transgenre, créée à l’initiative de Rachel Crandall Crocker. Cette militante trans se désolait de constater que le seul jour mondial de mobilisation dédié aux personnes trans qui avait un semblant d’écho était la Journée du souvenir trans, hommage aux victimes de la transphobie, tous les 20 novembre depuis 1998. Aussi, l’activiste américaine a voulu qu’un autre temps fort visibilise les personnes trans en vie, et mette en valeur leurs combats contre les violences transphobes. 

Pas que la visibilité soit un but à atteindre en soi — précisent de nombreux·ses militant·e·s trans et non-binaires dans leurs prises de parole — mais elle est un important levier de partage et d’entraide communautaire, et d’éducation contre la transphobie. Pour mieux comprendre les transidentités et soutenir les personnes trans et non-binaires, voici quelques ressources indispensables...

A LIRE AUSSI : On a parlé transidentités, écriture égalitaire et représentations avec Lexie du compte @aggressively_trans

Nos Voix Trans

« Chaque épisode, je demande à une personne trans comment elle fait pour vivre, militer, et, si possible, être heureu·se » : Nos Voix Trans est un podcast créé par une artiste et militante trans, Jena Selle. Elle y tend le micro aux activistes qui souhaitent s’exprimer sur leur transidentité. Pour suivre l’actualité du podcast et les annonces des nouveaux épisodes, vous pouvez retrouver Nos Voix Trans sur Instagram, Facebook et Twitter.


 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nos Voix Trans (@nosvoixtrans)

 

XY média

Fondé par Anna, Sasha, Vénus, Lotta, Sofia et Carol, XY Média est le premier média audiovisuel transféministe de France. Géré par des femmes trans pour aborder des problématiques les concernant, il a été lancé le 8 mars 2021, Journée internationale des droits des femmes. Depuis, l’équipe de XY Média inonde la toile de ses vidéos instructives, percutantes et non-dénuées d’humour, malgré le sérieux des sujets… et est déjà la cible de trolls masculinistes, racistes et transphobes. Toujours en recherche de talents de concernées pour aller au bout de leurs ambitions tout en répartissant au mieux la charge de travail, vous pouvez suivre les vidéastes de XY Média (qui partagent également les coulisses de leurs tournages) sur Youtube, Facebook, Twitter et Instagram.


Paye ta non-binarité

Tenu par Oror, personne non-binaire, le compte Instagram Paye Ta Non-Binarité fait de la pédagogie autour des identités de genre non-binaires, et de l’enbyphobie — forme spécifique de transphobie à l’encontre des personnes « nb » ou « enby » (pour « non-binaire »). Ce compte militant relaye énormément de témoignages de personnes qui se situent sur le spectre de la non-binarité, aussi bien dans l’euphorie de vivre son genre, ses genres ou son non-genre que dans les discriminations subies. Dans un arc-en-ciel de jaune, blanc, violet et noir — couleurs du drapeau non-binaire — Paye Ta Non-Binarité fait une indispensable lumière sur la vie en dehors de la binarité femme-homme, et s’engage au quotidien pour toutes les personnes trans et les droits LGBTQI.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Oror [iel/ael] (@payetanonbinarite)

 

Transnoir

À seulement 16 ans, Elijah Jacob a déjà une très forte communauté sur Twitter et Instagram, bâtie en à peine plus d’un an. Ce jeune homme trans noir raconte son parcours personnel au quotidien, entre transphobie et racisme. Militant, il relaie également des appels à solidarité envers ses frères, sœurs et adelphes trans et fait de la pédagogie pour déconstruire les stéréotypes sur les transidentités, et les personnes racisées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jacob Elijah K. (@transnoir)

 

Claude-Emmanuelle

Artiste plasticienne, mannequin, actrice, vous avez sans doute déjà vu Claude-Emmanuelle Gajan Maull dans Climax de Gaspar Noé, dans la série Les Engagés, dans un clip de Jeanne Added ou encore dans les pages de la sublime 50ème édition du magazine Paulette. Cette créative touche-à-tout légende ses magnifiques photos Instagram de ses réflexions sur le féminisme, le travail du sexe, le racisme, la transphobie, le patriarcat et elle philosophe énormément sur elle-même et notre société. Ses joies et ses colères du quotidien, elle les partage également en story.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ℂ- - (@claude.emmanuelle)

 

Représentrans

« L’objectif des représentations trans, c’est rendre visible ce qui est absent. Absent et non pas inexistant » : tenu par deux personnes trans et non-binaire, Charlie et Gabe, le projet de Représentrans est de voir les personnes trans et non-binaires représentées « avec authenticité et respect ». Leur but ? Faire évoluer les mentalités, et la société, grâce à la visibilité des personnes trans, sans le prisme déformant et déshumanisant du regard cisgenre (personne dont le genre correspond à celui qui lui a été assigné à la naissance, ndlr). Sur Twitter comme sur Instagram, le duo Représentrans décortique et critique les représentations trans et non-binaires existantes et se mobilise pour qu’elles évoluent, afin que toutes les personnes concernées puissent se construire sereinement, avec des repères dignes de ce nom auxquels s’identifier.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Représentrans (@representransfr)

 

Personnes trans vs grindr

Entre fétichisme, hypersexualisation et transphobie, naviguer les applications de rencontre peut s’avérer être un vrai cauchemar éveillé pour les personnes trans. Créé dans le sillage du compte Instagram personnes racisées vs grindr, personnes trans vs grindr dénonce les comportements objectivants et insultants des personnes cisgenres sur les applis, et explique en quoi ces derniers sont transphobes. Les captures d’écran partagées par Maël sur ce compte militant sont d’une grande violence, et sont plutôt destinées aux personnes susceptibles de la perpétuer qu’à celles qui la vivent déjà. Le constat est sans appel : il est urgent de chasser la transphobie qui gangrène les lieux de drague virtuelle.


 

Crédit photo : Adobe