facebook

L’haltérophile Laurel Hubbard pourrait devenir la première femme trans aux Jeux olympiques

À 43 ans, l'athlète néo-zélandaise Laurel Hubbard est pressentie pour concourir aux prochains Jeux olympiques de Tokyo cet été. Elle deviendrait ainsi la toute première femme trans à prendre part à cette prestigieuse compétition mondiale.

L'assouplissement des critères de sélection pour les JO est de bon augure pour Laurel Hubbard. En effet, comme le souligne L'Équipe, l'haltérophile néo-zélandaise ouvertement trans pourrait participer dans la catégorie femmes lors de la prochaine compétition estivale organisée à Tokyo. Afin de prendre part aux épreuves olympiques réservées aux femmes, il faut maintenir un taux de testostérone en dessous de 10 nanomoles/litre pendant au minimum un an. Et il s'avère que c'est tout bon pour Laurel Hubbard !

Une première historique

Dans un récent communiqué de presse, le Comité national olympique de Nouvelle-Zélande affirme que la sportive "devrait obtenir un quota pour les JO de Tokyo". D'autres athlètes trans, Chelsea Wolfe (championne de BMX) et Tifanny Abreu (championne de volley-ball), sont également concernées et pourraient se rendre aux prochains Jeux olympiques estivaux en concourant dans les catégories femmes.

À LIRE AUSSI : Ce footballeur américain ouvertement bi signe une lettre émouvante en soutien aux personnes trans

Concernant Laurel Hubbard, elle ne serait pas la première fois qu'elle marque une première historique. En 2018, la Néo-Zélandaise devenait la toute première femme trans à participer aux Jeux du Commonwealth. Vice-championne du monde des + 90kg en 2017, elle se situe présentement à la 16ème place mondiale dans la catégorie des + 87kg. Ajouter une médaille olympique à ce palmarès serait la cerise sur le gâteau.

Crédit photos : World Weightlifting via capture d'écran YouTube


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail