GrindrDes usagers de TikTok ont utilisé Grindr pour outer des sportifs olympiques

Par Florian Ques le 29/07/2021
grindr

Sur la plateforme de vidéos TikTok, plusieurs personnes se sont amusées à utiliser Grindr pour se géolocaliser au village olympique de Tokyo afin d'y dénicher les athlètes LGBTQI+. Une initiative dangereuse pour celles et ceux qui sont encore dans le placard.

La notion d'outing continue d'échapper à certains. En marge des JO 2021, des internautes ont eu recours à l'application de rencontre gay Grindr pour se géolocaliser à Tokyo, dans la zone du village olympique, afin d'y trouver des sportifs LGBTQI+. Des captures d'écran de leurs recherches ont ensuite été partagées par leurs soins sur le réseau social TikTok mais aussi sur Twitter. En résultent des vidéos alarmantes susceptibles de mettre en danger des athlètes issus de pays où l'homosexualité est encore mal perçue, voire pénalisée.

Une tendance condamnée par Grindr

Comme le précise Insider, plus d'une dizaine de posts de ce genre ont été mis sur les réseaux sociaux. La plus populaire – que TÊTU n'intègrera pas dans cet article par respect des sportifs concernés – cumule plus de 140.000 vues sur TikTok. On y aperçoit notamment les visages et/ou des informations pouvant trahir l'identité d'athlètes queers qui ne s'assument probablement pas. Une des personnalités olympiques ayant été outées par la vidéo proviendrait notamment d'un pays étant identifié pour sa politique anti-LGBTQI+.

De nombreux internautes condamnent la prolifération de ces vidéos inquiétantes, soulignant leur côté pernicieux. Une partie d'entre elles ont été supprimées par TikTok et Twitter. De son côté, Grindr souligne qu'elles n'auraient jamais dû voir le jour. "Ces individus ne respectent pas les règles générales d'utilisation qui leur interdisent de montrer publiquement, de publier ou bien de distribuer tout contenu ou information qui fait partie des services Grindr, souligne un porte-parole de l'application. Par respect envers l'intimité de nos utilisateurs et par respect des engagements contractuels que ces individus ont pris, Grindr leur demande de retirer des réseaux sociaux tous les posts qui incluent des images de la plateforme Grindr".

Un schéma qui se répète

Ce n'est évidemment pas la première fois que Grindr est utilisée à des fins déplorables pouvant mettre en danger ses usagers. L'an dernier, une vague massive d'outings avait fait trembler le Maroc. En effet, des personnes malicieuses avaient téléchargé l'application de rencontres pour débusquer des hommes qui pratiquent le sexe avec d'autres hommes, afin de révéler leur sexualité au grand jour. Dans un pays où, rappelons-le, l'homophobie continue de faire des ravages et où l'homosexualité peut être punie de trois ans de prison.

LIRE AUSSI >> « Ils sont capables de me tuer » : au Maroc, de jeunes hommes gays victimes d’un outing massif

LIRE AUSSI >> Jeux Olympiques : à Tokyo, un nombre record d’athlètes LGBTQI+

Crédit photo : Rinke Dohmen via Unsplash