Abo

justiceAu procès d'un sanglant piège homophobe présumé : refoulement, religion et invocation du "démon"

Par Hugo Wintrebert le 07/09/2021
chat coco

Mohamed E., âgé de 22 ans, a reconnu avoir tué Michel S., 55 ans, rencontré sur le site de chat Coco. Son procès a commencé ce lundi devant la cour d’assise de Pontoise, et TÊTU s'y est rendu.

Le lundi 22 janvier 2018, Michel S. ne s’est pas rendu à son travail. Lui, le consciencieux comptable de 55 ans, n’avait pourtant prévenu personne de son absence ce jour-là. Très vite, ses collègues de l’office notarial parisien qui l’employait depuis plus de trente ans s'inquiètent. Ils appellent des proches. Toujours sans nouvelles, ils préviennent la police. Un peu après midi, les forces de l’ordre se rendent au domicile de Michel S. Au premier abord, tout semble tranquille : un pavillon sans prétention posé en plein Jouy-le-Moutier, une commune sereine du Val-d’Oise bordée de champs de céréales et d’un bois silencieux. En s’approchant, les agents distinguent « une trace rouge et humide » sous la porte d’entrée, restée entrouverte.
Après l’avoir poussée, ils constatent à l’intérieur du domicile un désordre sans nom. Sur les murs, des projections de sang. Au sol, des mares rouges. Un corps déjà rigide est étendu dans le salon. Torse nu, le pantalon déboutonné, le visage tuméfié par ce qui s’avérera être des coups de tisonnier, des ecchymoses au niveau des parties génitales, le thorax et le cou lardés de coups de couteau, les dents fracassées. Michel a été massacré. En trois jours, les enquêteurs sont parvenus à retrouver l’auteur de ce crime atroce. Mohamed E., originaire d’Epinay (Seine-Saint-Denis), avait tout juste 18 ans à l’époque des faits. Depuis ce lundi 6 septembre, il comparaît devant la cour d’assise du Val-d’Oise, à Pontoise, où il encourt la perpétuité pour assassinat.

L'accusé invoque le "démon"

Arborant un survêtement rouge et une timide barbichette, l'accusé a passé une bonne partie du premier jour des débats le visage, osseux, enfoncé dans ses mains, tellement recroquevillé sur lui-même qu’il semblait vouloir se cacher sous le box....