facebook

De la nécessité de défendre les droits LGBT

droits LGBT

Dimanche, 49 personnes ont été tuées car elles se trouvaient dans un bar gay. Une tragédie qui rappelle plus que jamais qu’il est vital de lutter contre l’homophobie.

Depuis sa fondation, l’Amérique a avancé vers un chemin sans fin afin de devenir une nation plus parfaite. Ce voyage, mené par des individus avant-gardistes qui ont placé leur dévolu sur l’atteinte d’un avenir meilleur, n’a jamais été simple. La lutte pour la dignité et l’égalité des personnes lesbiennes, gays, bi et transgenres (LGBT) se reflète dans le dévouement inlassable des défenseurs et des alliés qui cherchent à forger une société plus inclusive. Ils ont stimulé le progrès en changeant le cœur et les mentalités, et en demandant un traitement égal en vertu de nos lois, de nos tribunaux et de nos politiques. Ce mois-ci, nous reconnaissons tout ce qu’ils ont fait pour nous amener ici, et nous réengageons à pousser notre Nation vers la justice.

A la veille du 1er juin 2016, Barack Obama proclamait l’ouverture du Pride Month célébrant le militantisme et la fierté LGBT à travers le monde et les États-Unis. Il répétait ces louanges le 9 juin, lors de la LGBT Pride Reception tenue à la Maison Blanche. Moins de 36 heures après, Omar Mateen entrait armé d’un fusil d’assaut et d’une arme de poing dans le Pulse d’Orlando, et ouvrait le feu sur les personnes réunies à l’intérieur de la boîte de nuit pour faire la fête. Quarante-neuf morts et une cinquantaine de blessés clôturent ce massacre.
L’épisode est dramatique, tant pour sa dimension terroriste que son caractère homophobe. Mais surtout il réveille un sentiment que beaucoup ne soupçonnaient ni ne croyaient plus nécessaire : celui de lutter contre l’homophobie, de ses formes les plus banalisées aux plus sanglantes.

Droits LGBT
Crédit photo Youtube

L'Amérique du Nord à deux vitesses

Aux États-Unis, l’égalité devant le mariage a été accordée l’été dernier, sur décision de la Cour Suprême qui permettait aux couples de même sexe de se marier. Une avancée restée en travers de la gorge de certains Américains conservateurs. Depuis, le pays est le théâtre d'une lutte acharnée de certains États, lesquels ont décidé de ramener le pays à des temps révolus en inscrivant dans la loi la stigmatisation des personnes LGBT et l’abolition de leurs protections juridiques pourtant si difficilement acquises. Malgré le boycott économique et populaire qui en découle, ceux qui œuvrent contre l’égalité des droits s’évertuent dans leur quête surannée de priver une partie de la population de la reconnaissance et du respect qu’elle mérite, et surtout qui lui est nécessaire face aux discriminations dont sont quotidiennement victimes les personnes LGBT.

Droits LGBT
Crédit photo YouTube

Une souffrance que Justin Trudeau semble avoir bien compris. Depuis qu’il est premier ministre canadien, l’homme politique œuvre sans relâche pour construire un pays plus accueillant pour les personnes LGBT. Après avoir soutenu un jeune homosexuel, il a également été le premier responsable politique à brandir le drapeau arc-en-ciel devant le Parlement canadien, et il s’engage désormais contre la discrimination liée au genre.
tuerie d'Orlando rassemblements hommage aux victimes
Crédit photo Adrien Lebreton

Le malaise de la France face à la communauté LGBT

La France aussi fait son petit bout de chemin. Si les débats autour du mariage pour tous ont libéré une parole homophobe, le pays semble néanmoins avancer dans une direction plus inclusive. Les nombreux rassemblements qui se constitue en hommage aux victimes de la tuerie d’Orlando en sont la preuve, la réactivité de certains politiques à qualifier l’évènement d’homophobe en est une autre. Mais la mégarde de François Hollande, qui en voulant exprimer son soutien qualifiait l’orientation sexuelle de « choix », souligne autre chose. Elle témoigne d’un manque d’information de la société française sur les questions ayant trait à l’orientation sexuelle et l’identité de genre, encore souligné par le caractère homophobe de la tuerie d'Orlando passé sous silence.
Non, nous n’avons pas choisi d’aimer un genre plutôt qu’un autre. Non, nous n’avons pas choisi d’être attiré par les hommes comme par les femmes, voire de n’avoir de libido pour personnes. Non, nous n’avons pas choisi de naître dans un corps qui ne correspond pas à notre identité de genre vécu. Non, nous n’avons tout simplement pas choisi de ne pas nous reconnaître dans le cadre hétéronormé et les valeurs hétérocentrées que la société nous propose, et dans les pires cas nous impose. Alors oui, il est nécessaire de faire entendre sa voix, de défendre une autre grille de lecture, de constituer des associations qui porteront nos revendications, de lire une presse qui reconnaisse ces enjeux et ces défis de la vie quotidienne. Car c’est en se faisant entendre que l’on peut être compris et enfin accepté.

droits LGBT
Islam Abdullabekov et Félix Glyukman arrêtés à Moscou - crédit photo Facebook/Félix Glyukman

L'homophobie d'État sévit encore

En Russie, deux hommes qui voulaient simplement se recueillir devant l’ambassade américaine de Moscou suite à la tragédie qui a frappé Orlando ont été arrêtés par les forces de l’ordre pour « action non autorisées ». Leurs armes ? Un bouquet de fleurs et une pancarte sur laquelle on pouvoir lire en anglais « L’amour gagne – Soyons avec Orlando ». Eux qui voulaient simplement présenter leurs condoléances aux victimes, ont fini au garde à vue. Car même aux portes de l’Union Européenne, des gays, des lesbiennes, des bis et des trans sont encore victimes d’une homophobie d’État.
La lutte en faveur des droits LGBT n’est donc pas qu’une formule, mais bien un objectif à atteindre, et qui sera peut-être même l’objet d’une préoccupation mondiale prise en charge depuis les Nations Unies, si elle décide de nommer un poste consacré à leur défense. Car la promulgation de lois anti-gays à travers le monde nous rappelle que ces avancées ne sont pas acquises, mais qu’elles nécessitent qu’on les protègent, jour après jour. Qu'il s'agisse de la dépénalisation de l'homosexualité et du "mariage pour tous", ou encore de celles qu'il faut encore atteindre, comme les droits des personnes trans ou le droit des homosexuels à fonder une famille.
Cette semaine, la récente tuerie d’Orlando recouvre la communauté LGBT d’un drap noir, mais accueille également des rassemblements, des hommages et des veillées en l’honneur des victimes, la terre entière semblant s’accorder à défendre la liberté d’aimer.

Pour en savoir plus :

[contact-form-7 404 "Not Found"]
 
Crédit photo couverture Governor Tom Wolf/Flickr


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail