bryan singerLe réalisateur Bryan Singer ("Usual suspect", "X-Men") accusé de viol sur un ado de 17 ans

Par Julie Baret le 11/12/2017
bryan singer

Encouragé par le soutien accordé aux victimes d'abus sexuels depuis l'affaire Weinstein, un homme a déposé plainte contre Bryan Singer, 52 ans, donnant de l'écho aux accusations répétées contre le réalisateur depuis une vingtaine d'années.

"Je venais de faire mon coming-out auprès de quelques amis et j'ai commencé à entendre parler de ces soirées organisées avec d'autres gays [dans les alentours de Seattle], se souvient César Sanchez-Guzman. Pour BuzzFeed US, l'homme d'une trentaine d'années déroule les faits remontant à l'année 2003, pendant laquelle il avait 17 ans et où il s'était rendu à une première soirée organisée par le riche investisseur Lester Waters. "C'était sympa, il y avait de l'alcool à disposition et on était jeunes", convient César, qui réitère l'expérience lorsque Lester Waters organise un nouvel événement.
La soirée prend cette fois-ci place à bord de son yacht sur un lac. Sur place, Cesar Sanchez Guzman rencontre Bryan Singer, ami de l'hôte dont il dit ne connaître que le prénom. Celui-ci lui propose de lui faire visiter l'embarcation. Après la chambre principale, Bryan Singer lui indique une petite pièce au bout d'un couloir. Cesar entre, Bryan Singer lui emboîte le pas puis ferme la porte à clé derrière eux. Cesar raconte que Bryan Singer l'aurait alors poussé au sol et lui aurait appuyé le visage contre son sexe, insistant jusqu'à causer l'étouffement de l'adolescent. Ce dernier relate encore que malgré ses plaintes, le réalisateur l'aurait ensuite jeté sur le lit, aurait baissé son pantalon et lui aurait pratiqué une fellation avant de le pénétrer de force.

Plainte

"Je suis sorti de la salle mais nous étions au milieu de l'eau, je ne pouvais pas quitter le bateau, continue Cesar auprès de BuzzFeed US. Je ne voulais pas faire de scène. Je ne pouvais pas m'échapper." Il ne songe pas non plus à se rendre auprès de la police car ni ses parents ni la majorité de son entourage ne connaissent son homosexualité. Aux journalistes comme dans sa plainte, qui est arrivée jeudi 7 décembre au tribunal de l'État de Washington, César ajoute que Bryan Singer aurait ensuite usé de son autorité pour l'assigner au silence, insistant sur sa position à Hollywood, sa capacité à lui obtenir des rôles s'il se taisait, mais aussi sa capacité à "ruiner la réputation de n'importe qui".
Si Cesar Sanchez-Guzman est en mesure de porter plainte aujourd'hui, c'est grâce à la jurisprudence dans l'État de Washington : en vertu de la loi, les victimes mineures d'abus sexuels disposent de trois ans pour intenter une action, mais les tribunaux permettent que cette prescription ne coure qu'à partir de l'instant où la personne a pris conscience des dommages des agressions.

Accusations en cascade

L'avocat qui défend l'affaire n'en est pas à sa première passe d'armes contre Bryan Singer; il y a trois ans, il avait défendu Michael Egan, un acteur d'une trentaine d'années, qui accusait le réalisateur de rapports sexuels oraux forcés à la fin des années 90 et qui avait retiré sa plainte quelques mois plus tard.
La même année, un mois seulement après la plainte au civil de Michael Egan, un jeune homme britannique désirant garder l'anonymat affirmait aussi avoir été violé par Bryan Singer lorsqu'il était mineur, à l'occasion d'une fête londonienne de 2006 célébrant la sortie du film Superman Returns réalisé par ce dernier. De nouveau, les poursuites étaient abandonnées à la demande du plaignant.
Toujours au printemps 2013, la police de New York avait également ouvert une enquête après qu'un homme d'une vingtaine d'années a accusé Bryan Singer d'agression sexuelle. BuzzFeed US avait couvert l'affaire en interrogeant le département de police et l'avocat de Bryan Singer avait menacé le site d'information en indiquant à ses membres que s'ils publiaient le sujet, ils s'exposaient à "des dizaines de millions de dollars de dommages". Quelque mois auparavant, le pure player avait enquêté sur le "réseau de pouvoir, d'argent, de sexe et de l'Hollywood gay" de Bryan Singer, établissant sa présence répétée à des soirées réunissant de nombreux hommes homosexuels âgés de 18 à 20 ans.

Pas vu, pas pris, pas puni

Aucune accusation n'a été retenue contre Bryan Singer suite aux trois procédures lancées en 2013 et le réalisateur a démenti chaque faits reprochés. En 1997 déjà, il échappait à un procès : trois jeunes garçons accusaient Bryan Singer de les avoir forcés à se doucher nus devant lui sur le tournage de Apt Pupil mais la partie de l'accusation n'avait pu réunir suffisamment de preuves. Suivant la plainte de Cesar Sanchez-Guzman, les avocats de Bryan Singer ont affirmé que ce dernier niait ces allégations et allait "se défendre avec véhémence jusqu'à la fin du procès".
La semaine dernière, trois jours avant la plainte de Cesar Sanchez-Guzman, le réalisateur a été éconduit du biopic Bohemian Rhapsody sur Freddie Mercury pour ses absences injustifiées. C'est désormais Dexter Fletcher, réalisateur désigné par la 20th Century Fox, qui dirige Rami Malek dans le rôle du leadeur historique de Queen.
À LIRE AUSSI :

#Metoo : Les femmes et les hommes qui ont « brisé le silence », personnalités de l’année du Time

Kevin Spacey, le coming out malvenu après des accusations de harcèlement sur mineur


Couverture : Jennifer Lawrence (à l'arrière plan) et Bryan Singer s'exprimant sur X-Men: Apocalypse (2016) réalisé par ce-dernier lors du Comic Con de San Diego en 2015 ©Gage Skidmore.