Suisse : enquête ouverte contre un médecin proposant d’agir sur l’homosexualité grâce à l’homéopathie

Les autorités médicales suisses ont ouvert, mercredi 15 août 2018, une enquête sur un médecin français qui affirme pouvoir agir sur l’homosexualité, qu’il considère comme un « symptôme », avec un traitement homéopathique.

Il ne comprend pas bien la polémique autour de ses propos. Le médecin généraliste et naturopathe français Jean-Yves Henry est visé par une enquête de la Commission de surveillance des professions de santé en Suisse, là où il exerce, selon le quotidien genevois Le Courrier.

En cause : des propos tenus sur son site internet Médecines alternatives en 2009 où il affirme pouvoir agir sur l’homosexualité… avec un traitement homéopathique.

https://twitter.com/LaStrega2017/status/1029256765769216000

Des patients ‘border-line’

Dans cet article, le médecin écrit que « l’homosexualité n’est pas une pathologie, mais un symptôme particulier (choix de vie respectable) de patients ‘border-line’ ».

Et de poursuivre :

« Il se trouve que la matière médicale homéopathique comporte des remèdes présentant ce symptôme (attirance pour une personne d’un même sexe) … parmi beaucoup d’autres ».

Suit une liste de « remèdes » homéopathiques différents pour garçons et filles.

Joint par téléphone à l’étranger par la télévision publique RTS, Jean-Yves Henry, né en 1947 et diplômé de l’université de Bordeaux, affirme « ne pas comprendre l’effervescence » provoquée par son article publié en 2009 sur son site.

Des justifications hasardeuses

Dans une note ajoutée récemment en bas de la page, le Dr Henry explique que « cet article, vieux de dix ans qui n’avait jamais fait polémique au niveau professionnel, était avant tout destiné à faire réfléchir nos étudiants aux rapports entre les remèdes de la matière médicale et les symptômes comportementaux »

Le ministre de la Santé du canton de Genève, Mauro Poggia, qui a réclamé l’ouverture de cette enquête, estime auprès de nos confrères du Courrier que « le fait que le médecin semble penser que l’homosexualité soit une maladie à guérir est un élément suffisant pour ouvrir une enquête ».

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail