« Il m’a renversé une bouteille dessus » : un chauffeur VTC accusé d’agression homophobe à Paris

Un étudiant de 23 ans raconte avoir été agressé et traité de « sale pédé » par un chauffeur VTC dans la nuit de vendredi 14 au samedi 15 septembre à Paris.

Nouvelle agression homophobe à Paris. Les faits se sont déroulés dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 septembre vers 2h du matin. Quentin et deux de ses amis se trouvent à proximité des Invalides quand ils décident de commander un chauffeur via l’application de VTC Taxify.

Insultes homophobes en pagaille

« Une fois dans le véhicule, le chauffeur me demande de ne pas garder mon verre à la main, ce que je comprends parfaitement », nous raconte le jeune étudiant de 23 ans.

Il ouvre alors la portière pour vider son verre et « laisse tomber maladroitement le verre qui éclabousse légèrement la portière de la voiture ». Il n’en fallait pas plus pour que le chauffeur sorte de ses gonds.

Il intime Quentin de sortir du véhicule, le prend à part et le traite de « sale pédé ». « Là, il regarde mon couple d’amis et me dit que mes deux potes, ‘les grosses tapettes’, ne lui font pas peur. » Les choses s’enveniment et, rapidement, les deux autres hommes se retrouvent en dehors du véhicule.

« J’ai vraiment cru qu’il allait me frapper »

Le chauffeur retourne alors dans sa voiture, récupère une bouteille d’alcool laissée à l’intérieur par Quentin et en verse le contenu sur ce dernier.

« Il est resté un moment devant moi, collé à moi en train de me regarder. J’ai vraiment cru qu’il allait me frapper. Au final il est retourné dans sa voiture et hurlant ‘tu sais pas qui je suis moi’, puis s’en est allé. »

Les trois hommes décident de recommander un autre chauffeur Taxify, avec qui tout s’est bien passé, et son rentrés chez eux.

« J’en ai bouffé des insultes homophobes quand j’étais plus jeune, mais là, ça faisait un moment que ça ne m’était pas arrivé », nous confie Quentin. Après, j’ai eu plutôt tendance à minimiser la chose en me disant que ce n’était pas grave. »

Quentin, qui a dénoncé les faits sur Twitter, doit avoir une conversation téléphonique avec Taxify ce lundi après-midi. Sur Twitter, la plateforme a annoncé avoir ouvert une enquête sur cette affaire : « Nous prendrons une décision correspondant aux faits, aux points de vues et aux données. »

A LIRE AUSSI : Deux agressions homophobes à Lille et Nantes : les violences de trop

Ce n’est pas la première fois qu’une telle histoire se produit dans la capitale. En avril 2014, un chauffeur Uber avait été radié pour avoir tenu des propos homophobes envers deux clients lors d’une course.

Crédit photo : DXR/Creative Commons.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail