collègeUn collège parisien va accueillir un abbé qui prône la chasteté pour les LGBT

Par Youen Tanguy le 21/09/2018
abbé

Un abbé prônant la chasteté pour les personnes homosexuelles va animer un atelier dans un collège catholique parisien le 29 septembre prochain. Un événement dont une députée LREM réclame l'interdiction.

"Offrir fraternité et soutien dans l'Eglise aux personnes qui vivent une attirance homosexuelle." C'est l'intitulé d'un atelier qui doit se dérouler le 29 septembre prochain au collège catholique Stanislas, situé dans le VIe arrondissement de Paris, révèle Le Parisien.

Cet atelier est organisé dans le cadre du Congrès Mission, un événement qui réunit les Chrétiens de France chaque année.

"Il y a urgence à accueillir ces frères dans l'Eglise et à annoncer le message lumineux de l'Evangile sur l'homosexualité : à la lumière du Christ nous découvrons notre identité. Il faut faire en sorte que ces frères puissent se sentir chez eux dans l'Eglise", peut-on lire dans la description de l'atelier.

Une députée lance l'alerte

Ce dernier a attiré l'attention de la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon qui, dans un courrier écrit au ministère de l'Education nationale, avec qui le collège privé est sous contrat, réclame l'annulation de l'événement. « Un établissement, même catholique, n’a pas vocation à accueillir une personne qui tient de tels propos sur les homosexuels », explique-t-elle au Parisien.

Et d'ajouter :

« Cette personne veut modifier l’orientation sexuelle des gens, c’est ce qu’on appelle des thérapies de conversion. Et leur publicité n’a pas à se faire dans un collège. »

A LIRE AUSSI : Le Royaume-Uni veut interdire les "thérapies de conversion" : "La France est encore à la traîne"

Un abbé qui recommande la chasteté

La personne a qui la députée fait référence est l'abbé Louis-Marie Guitton, aumônier national de l'association Courage. Cet apostolat conservateur prône, entre autres, une "vie de chasteté aux personnes éprouvant une attirance homosexuelle", le tout accompagné de "prêtres et de thérapeutes".

« Si l’un de nos membres veut tenter de s’orienter vers un développement hétérosexuel, nous l’encourageons et nous l’aidons », ajoute Courage sur son site.

Des ateliers prévus le week-end

Sollicité par TÊTU, le ministère de l'Education nationale nous a simplement indiqué ne pas avoir reçu le courrier de Laurence Vanceunebrock-Mialon.

Du côté de l'établissement, Frédéric Gautier, le directeur, a assuré auprès de la députée que "le Congrès Mission se déroule le week-end en dehors de la présence des élèves et que cet atelier ne leur est pas du tout destiné".

Les thérapies de conversion sont toujours légales en France. En avril dernier, Laurence Vanceunebrock-Mialon a rédigé une proposition de loi visant à les interdire, comme c'est déjà le cas à Malte. Le texte, qui devait être présenté à la mi-mai à l'Assemblée, a été éclipsé par d'autres priorités parlementaires.

Crédit photo : Jean-Christophe Windland.