Les Taïwanais se prononcent massivement contre le mariage pour tous

Taiwan premier pays d'Asie Mariage pour tous

La communauté LGBT+ à Taïwan attendait avec inquiétude les résultats de référendums organisés ce samedi 24 novembre 0218 sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe. Une majorité de Taiwanais ont voté contre le mariage pour tous...

C'est un coup rude pour la communauté LGBT+ taïwanaise. Les habitants de l'île située dans la mer de Chine sont en majorité prononcés contre l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, ce samedi 24 novembre 2018, lors de deux référendums.

Un référendum stipulant que le mariage devait uniquement consacrer "l'une union entre un homme et une femme" a réuni plus de sept millions de voix. C'est bien plus que le soutien apporté à un autre référendum en faveur de ce droits pour les couples homosexuels, qui lui n'a recueilli que six millions de voix.

A LIRE AUSSI : Taïwan : plus de 140.000 personnes dans les rues pour réclamer le mariage pour tous

"Référendums absurdes"

Ces consultations se déroulaient parallèlement à des élections locales, qui se sont traduites par une cinglante défaite du parti au pouvoir de la présidente Tsai Ing-wen, contrainte de quitter la direction de sa propre formation.

Jennifer Lu, une porte-parole de la Coalition pour l'égalité devant le mariage, a déclaré qu'elle était attristée par ce qu'elle a qualifié de "référendums absurdes" et a reproché "l'incompétence" du gouvernement sur la question des droits des personnes homosexuelles.

Les 19 millions d'électeurs devaient se prononcer sur ces deux référendums anti et pro-mariage pour tous, reflétant les fractures de la société sur ce sujet lors que le gouvernement tarde à appliquer une décision rendue il y a plus d'un an par la Cour constitutionnelle légalisant, pour la première fois en Asie, le mariage entre les couples de même sexe.

Sans conséquence ?

Le gouvernement a déclaré que les résultats n'auraient pas de conséquence sur l'application de l'arrêt de la juridiction suprême. Mais les militants LGBT+ craignent que les autorités n'en profitent pour édulcorer les avancées futures.

En effet, à l'issue des référendums, le gouvernement doit rédiger un projet de loi pour mettre les résultats en application avant de le soumettre au Parlement.

Avec AFP


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail