égalitéTaïwan : plus de 140.000 personnes dans les rues pour réclamer le mariage pour tous

Par Youen Tanguy le 29/10/2018
taiwan

Près de 140.000 personnes ont marché dans les rues de Taipei à l'occasion de la Marche des fiertés pour encourager les habitants à voter en faveur du mariage pour tous lors d'un référendum qui se tiendra en novembre prochain.

« Racontez votre histoire, votez pour l'égalité. » C'était le thème de la Marche des fiertés taïwanaise cette année, à laquelle près de 140.000 personnes ont participé. La majorité des manifestants portaient des affiches pour inciter les Taïwanai.s.e.s à voter en faveur du mariage pour tous lors d'un référendum en novembre prochain.

La Cour constitutionnelle de Taïwan a rendu, en mai 2017, un arrêt favorable au mariage entre personnes du même sexe et donné deux ans au gouvernement pour le mettre en oeuvre, ce qui ferait de l'île le premier endroit d'Asie à légaliser le mariage pour tous.

Mais il n'y a guère eu d'avancées. La présidente Tsai Ing-wen, arrivée au pouvoir en mai 2016 et qui a ouvertement défendu le mariage pour tous, estime que la société reste divisée.

A LIRE AUSSI : Taïwan prend une décision historique pour le mariage pour tous en Asie

Plusieurs référendums prévus

Deux référendums opposés sont prévus en novembre, l'un à l'initiative des opposants pour empêcher la réforme du code civil et l'autre organisé par les militants LGBT pour soutenir cette réforme. Parallèlement, deux autres référendums sont prévus, pour et contre une politique éducative à l'école destinée à prévenir les discriminations envers les homosexuels.

Les propositions de référendums à Taïwan sont soumises au vote des électeurs dès qu'elles obtiennent le soutien de 1,5% de l'électorat, soit un peu plus de 280.000 signatures.

Une question « hypothétique »

En cas de vote favorable, le gouvernement doit élaborer un projet de loi reflétant les résultats afin de le soumettre au Parlement.

Selon des analystes, les dispositions législatives actuelles ne précisent pas ce qui se passe en cas de succès de deux référendums opposés. La Commission électorale qui supervise le processus des référendums a indiqué à l'AFP ne pas pouvoir commenter cette question « hypothétique ».

(Avec AFP)

Crédit photo : Flickr.