facebook

Tchétchénie : les LGBT+ torturés à coups de bâtons à électrochocs

La purge anti-LGBT en Tchétchénie s'intensifie. Selon les informations des activistes LGBT+ russes, les femmes lesbiennes, bisexuelles et transgenres seraient, elles aussi, victimes des autorités tchétchènes.

Les autorités tchétchènes n'épargnent personne. Les femmes LBT seraient désormais des cibles, au même titre que les hommes homosexuels, dans les camps. Et la torture que tous et toutes subissent, serait devenue encore plus violente et plus cruelle. C'est en tout cas ce qu'a révélé, ce lundi 21 janvier, le Russian LGBT Network (Réseau LGBT Russe), la plus grosse organisation de défense des droits LGBT+ en Russie, dans un communiqué de presse.

Violées avec des bâtons à électrochocs

Les autorités Tchétchènes seraient de plus en plus impitoyables envers les LGBT+. C'est en tout cas ce qu'affirme Igor Kochetkov le président du Russian LGBT Network, la plus grosse organisation de défense des droits des LGBT+ en Russie, dans un communiqué de presse. Ce dernier confirme qu'une "nouvelle vague de détentions a commencé à la fin décembre 2018". Certains endroits localisés seraient également suspectés d'être ceux où les autorités tchétchènes regroupent les personnes LGBT détenues. Il s'agirait notamment de la région de Grozny.

Le réseau annonce avoir pu s'entretenir avec des survivants. Ces derniers semblent affirmer que désormais, les femmes seraient aussi torturées. Elle seraient détenues et violées à coups de bâtons à électrochocs. Les hommes seraient recroquevillés les uns à côtés des autres, forcés d'utiliser des prénoms féminins et de s'habiller avec des vêtements de femmes.

"Il ne nous ont pas nourris. Parfois ils nous ont donné un peu d'eau mais c'était de l'eau croupie. On avait de l'eau claire uniquement pour prier." 

Deux personnes décédées

La semaine dernière déjà, l'organisation russe avait annoncé la mort de deux personnes des suites de tortures, ainsi que l'arrestation d'une quarantaine de personnes. Des informations évidemment démenties par l'un des porte-parole de Ramzan Kadyrov, qui a qualifié ces déclarations de "pur mensonge".

À LIRE AUSSI : Tchétchénie : selon les activistes, la purge anti-LGBT s’intensifie

En réaction à ces dernières informations, l'association Amnesty International France a lancé une pétition contre les violences homophobes en Tchétchénie, ce lundi 21 janvier. Elle a été relayée notamment par l'association Urgence Homophobie sur Twitter.

Crédit photo : Creative Commons. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail