facebook

L’influenceur Hatoumnight, qui voulait « tuer » Bilal Hassani, mis à la porte par son agence

L'influenceur "Hatoumnight" a menacé dans une story Instagram, postée le lundi 28 janvier dernier, de vouloir "frapper" et "tuer" le youtubeur gay Bilal Hassani, représentant de la France à l'Eurovision 2019. Des propos dénoncés par l'un des salariés de l'agence WeEvents, avec laquelle il collabore. Ce mercredi 30 janvier, la société a décidé de rompre le contrat qui la lie à l'influenceur.

"Je suis pas homophobe, hein." C'est par ces mots que commence la story de l'influenceur Hatoumnight, 113.000 abonnés Instagram au compteur, postée le lundi 28 janvier dernier. "Mais lui là, lui j'ai envie de le niquer. J'ai envie de le tuer. Même si une association anti-homophobe elle m'attaque, j'en ai rien à foutre. Il est où ? Donnez moi une adresse où je peux le voir, je vais l'enculer, je vais le niquer et je vais le frapper." L'influenceur s'adresse à Bilal Hassani, youtubeur et chanteur ouvertement homosexuel, qui représentera la France lors de l'Eurovision 2019. Des propos glaçants.

À LIRE AUSSI : « C’est pas facile tous les jours d’être moi » : rencontre avec le royal Bilal Hassani

La story, qui s'est effacée depuis, a été repérée par Alexis Aveniere, un agent de l'entreprise WeEvents, qui s'occupe d'influenceurs de tous types et notamment d'Hatoumnight. Choqué, il s'est confié dans un thread publié sur son compte Twitter  :

Menacé par l'influenceur

Alexis Aveniere, lui-même homosexuel, a expliqué dans ce même thread avoir fait remonter cette vidéo à ses supérieurs, leur demandant de ne plus travailler avec l'influenceur homophobe. Hatoumnight a été convié à se rendre dans les locaux. Il aurait menacé son agent et un autre salarié de l'entreprise.

L'agent se serait d'abord "caché aux toilettes" avant d'en sortir et d'être invité par l'influenceur à venir "parler comme un homme". Et de poursuivre :

"Il m'a menacé de me gifler puis de me défoncer la gueule devant mes collègues. Je suis parti du bureau en larmes, mon collègue est resté. Hatoum l’a menacé, lui a rappelé qu’il se prenait 'des bites dans le cul toute la journée, qu’il n’était qu’un sale PD', puis il lui a craché à la gueule avant d’être séparés."

Mis à la porte

Le directeur de WeEvents, Wesley Nakache, a annoncé sur son compte Twitter se désolidariser de l'Instagrameur.

"Au nom de l’agence We Events, moi Wesley Nakache, PDG de l’entreprise, se détache de tous propos tenus par Hatoum Night. Ce qu’il s’est passé dépasse tous sens communs et l’éthique que mon entreprise veut véhiculer au quotidien."

Il a par la suite précisé "se séparer" d'Hatoum et "couper toutes collaborations avec celui-ci".

Bilal Hassani fait l'objet d'un déferlement de haine quasi continuel sur les réseaux sociaux. Victime de cyber harcèlement pour les vidéos qu'il poste sur YouTube, l'homophobie à son encontre s'est accentuée depuis sa nomination en tant que représentant de la France lors du prochain concours de l'Eurovision. Avec plusieurs associations, il a porté plainte ce mardi 29 janvier.

À LIRE AUSSI : Eurovision : Bilal Hassani porte plainte après une « avalanche » d’insultes homophobes

L'influenceur n'a pas encore réagit suite à la décision de l'agence WeEvents.

« C’est pas facile tous les jours d’être moi » : rencontre avec le royal Bilal Hassani

Crédit photo : Instagram. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail