Le secrétaire d’Etat Gabriel Attal parle de son homosexualité et de son désir d’enfant

Dans un entretien à Libération, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale Gabriel Attal évoque son homosexualité. Il confie également qu'il ne serait pas contre une GPA "éthique" si cette pratique devait être légalisée en France .

MISE A JOUR : notre titre "Le secrétaire d'Etat Gabriel Attal fait son coming-out médiatique" était inexact. Gabriel Attal avait déjà "parlé sans tabou de son homosexualité" en décembre 2018 dans un portrait publié par L'OBS et réservé aux abonnés. Il l'avait également évoquée dans une interview à Melty.

Après Mounir Mahjoubi en mai dernier, le jeune secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, Gabriel Attal, a parlé ouvertement de son homosexualité dans un entretien à nos confrères de Libération ce 23 avril.

Agé de 30 ans, cet ancien socialiste était l'un des premiers marcheurs auprès d'Emmanuel Macron. Il a été élu député LREM en 21 juin 2017 avant d'être nommé porte-parole en janvier 2018 puis secrétaire d'Etat en octobre de la même année.

A LIRE AUSSI : Mounir Mahjoubi pose avec son compagnon dans "Paris Match", une première pour un ministre

Outé par Juan Branco

C'est d'ailleurs au moment de sa nomination au gouvernement que l'avocat, proche de la France Insoumise, Juan Branco, avait violemment outé Gabriel Attal sur les réseaux sociaux. "Sympathique promotion-canapé pour Attal, pacsé à la ville avec le conseiller politique de Macron qui récupère sans autres raisons un maroquin ministériel", avait-il alors écrit.

Branco revient à nouveau l'homosexualité de Gabriel Attal dans son dernier livre. Il y affirme notamment que "la mort de son père" a "libéré Attal d’une tutelle oppressante et lui permet d’officialiser sa relation" avec son compagnon.

Une GPA "éthique" ?

Des affirmations qui ont beaucoup blessé Gabriel Attal. "Il est mort hyper brutalement il y a trois ans… Un cancer foudroyant. Dire des saloperies sur lui, dire que j’étais soulagé de sa mort pour vivre mon homosexualité, c’est…».

Le secrétaire d'Etat confie à Libération avoir annoncé à son père qu'il avait rencontré quelqu'un alors qu'il était à l'hôpital. "Il m’a répondu : "C’est maintenant ce que tu me le dis ? J’avais bien compris. J’espère que je serai sorti avant la fin de la semaine. Comme ça tu pourras l’inviter au brunch dimanche."»

A LIRE AUSSI : Matthieu Orphelin, député LREM : "Nous voterons sans problème un texte sur la PMA pour toutes"

Gabriel Attal s'est également confié sur son désir d'avoir un enfant. Il confie qu'il ne serait pas contre "une GPA (Gestation pour autrui) éthique" si c'était légal en France. Emmanuel Macron a toujours fait part de son opposition à la légalisation de la gestation pour autrui en France, tout en affirmant souhaiter la reconnaissance des enfants nés de GPA à l'étranger.

Crédit photo : Eric FEFERBERG / AFP.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail