homophobieLes infractions LGBTphobes ont augmenté de 34,3% en 2018, selon l'Intérieur

Par Youen Tanguy le 14/05/2019
plaintes

Le ministère de l'Intérieur a enregistré 1.378 plaintes pour des crimes ou des délits homophobes et transphobes en 2018.

Les chiffres sont inquiétants. Selon un bilan du ministère de l'Intérieur, publié ce mardi 14 mai, 1.378 plaintes ont été déposées en 2018 pour des crimes ou des délits homophobes et transphobes, dont un quart (24,5%) par des femmes. Un chiffre en hausse de 34,3% par rapport à 2017.

Les injures et les outrages représentent 31,7% des infractions enregistrées, tandis que les violences (physiques et sexuelles) concernent 30% des plaintes, a précisé le ministère. D'autres infractions telles que les fraudes et escroqueries, le harcèlement ou les vols ont également été prises en compte dans ce calcul.

"Cette évolution pourrait en partie s'expliquer par une tendance des victimes à davantage porter plainte", estime le ministère dans un communiqué. 

"Les victimes s’emparent de la parole et veulent être reconnues"

Une publication qui intervient quelques heures après la publication du rapport annuel de SOS Homophobie qui fait état, elle aussi, d'une explosion des actes LGBTphobes en 2018. L’année dernière, l'association a recueilli 1.905 témoignages, soit une augmentation de 15% par rapport à 2017. Pire : les agressions physiques ont progressé de 66% en un an, passant de 139 en 2017 à 231 en 2019.

A LIRE AUSSI : En 2018, les actes LGBTphobes ont explosé

"Les victimes s’emparent de la parole et veulent être reconnues, analysait pour TÊTU Véronique Godet, co-présidente de SOS Homophobie. Elles ont le courage de médiatiser leurs visages et prennent des risques en témoignant. Forcément, ça déclenche des ricochets de haine, à la fois physiquement et sur les réseaux sociaux."

(Avec AFP)

Crédit photo : JACQUES DEMARTHON / AFP.