homophobieUn chauffeur VTC suspendu après des accusations d'homophobie

Par Youen Tanguy le 28/06/2019
vtc

L'application de VTC Kapten a ouvert une enquête interne et suspendu un de ses chauffeurs après des accusations "d'homophobie ordinaire".

Les faits remontent au 25 juin dernier. Il est environ 23h quand Paul, 27 ans, et son compagnon Jérôme, 44 ans, sortent d'une soirée dans le IVe arrondissement de Paris et commandent un chauffeur VTC via l'application Kapten (anciennement Chauffeur Privé).

"Le début du trajet s'est très bien passé", nous raconte le jeune homme. Salutations polies sans plus de conversation (...) rien de bien intéressant". C'est quelques minutes après que la situation se tend. "Nous avons échangé de petit bisous avec mon copain et notre chauffeur nous a demandé : 'Qu'est-ce que vous faites là ?".

"Non mais c'est pas normal là"

Paul, imaginant qu'il a déjà eu affaire à des clients ivres, "sans grande pudeur", chercher à le rassurer : "Rien de sexuel". Le chauffeur lui répond alors : "C'est pas normal". "On a juste échangé un bisou, rien de sexuel, je vous rassure", rétorque Paul avant que le chauffeur ne répète : "Non mais c'est pas normal là".

Le jeune homme a publié une vidéo de la scène sur Twitter dans laquelle on l'entend demander au chauffeur si un homme et une femme qui s'embrassent le dérange. "C'est normal", répond-t-il. Paul lui dit alors : "Deux hommes, par contre, c'est pas normal ?" Difficile de comprendre la réponse du chauffeur. Paul est en revanche catégorique et nous confie que le chauffeur leur dit à un moment : "Deux hommes c’est pas normal, non?"

Enquête interne ouverte

Contacté par TÊTU le 27 juin dernier, Kapten nous a répondu par mail et assuré être en contact avec Paul depuis le jour de sa plainte auprès de la plateforme. "Nous accompagnerons la victime dans ses démarches si elle souhaite porter plainte et nous collaborerons avec les autorités compétentes".

Du côté du chauffeur, il "a été convoqué dans nos bureaux et son compte a été suspendu de la plateforme". "Tous les chauffeurs partenaires qui ne respectent pas nos valeurs de tolérance et de respect ou qui ne respectent pas nos exigences en matière de qualité de service sont suspendus de notre plateforme." 

Et d'ajouter : "L’enquête est en cours actuellement, nous mettons tout en œuvre pour régler cette situation dans les plus brefs délais."

Un acte "d'homophobie ordinaire"

Paul, lui, raconte avoir vécu un acte "d'homophobie ordinaire". "Puisque nous ne sommes pas normaux, nous lui avons demandé immédiatement de s’arrêter et nous laisser quitter le véhicule."

Il abonde : "Avant de sortir, je pense simplement à lui faire répéter ses propos, enregistrés par vidéo pour garder une minime preuve de cet acte d’homophobie ordinaire. Le véhicule étant à l’arrêt, je lui signale qu’il a été filmé et que ses responsables seront contactés."

A LIRE AUSSI : « Je ne prends pas les pédés » : les LGBT au placard dans les VTC

En février dernier, TÊTU avait publié une enquête sur les discriminations que subissent régulièrement mes personnes LGBT de la part des conducteur.rice.s de véhicules de transport avec chauffeur (VTC). Nous avions notamment recueilli les témoignages de Loïc, Guillaume ou encore Laura.

Crédit photo : Shutterstock.