facebook

Un jeune Saoudien risque la prison pour avoir porté un short

Suhail al-Jameel, un influenceur saoudien, pourrait être condamné à 3 ans de prison pour avoir publié une photo de lui sur Twitter où on peut le voir porter un short léopard.

Un triste fait qui rappelle la nature du régime saoudien. Comme le rapporte Business Insider, Suhail al-Jameel a partagé, dimanche, sur Snapchat que les autorités d'Arabie Saoudite le poursuivaient pour "nudité" après que le jeune homme a posté une photo de lui portant une paire de short au motif léopard, alors qu'il se trouvait à la plage.

https://twitter.com/suhail_y_y/status/1180885689614909440?s=20

À LIRE AUSSI :Nicki Minaj renonce à un concert en Arabie saoudite, en « soutien à la communauté LGBTQ »

Le YouTubeur de 23 ans, connu pour être ouvertement gay et partager auprès de ses milliers d'abonnées des tutoriels de maquillage ou de danse, craint d'avoir été pris pour cible pour son homosexualité. Comme il l'écrit dans son appel à l'aide sur Twitter : "En 2019, les LGBTQ ne sont pas les bienvenus en Arabie Saoudite, on doit vivre dans le secret et on ne peut vivre en paix. Vous voulez du tourisme mais vous ne nous donnez aucune liberté. J'ai pris une photo de moi portant un short à la plage et je vais en prison pour ça", a commencé le jeune saoudien "La police a changé les charges retenues contre moi. Elle parle de crimes électroniques, pour avoir pris des photos de nudité. Comment pourrais-je être nu si je porte des shorts à la plage?".

Un pays en mal de tourisme

Le Royaume d'Arabie Saoudite a dernièrement fait savoir qu'il était en mal de tourisme et tente d'attirer les gens à renfort de publicité. Le 26 septembre dernier, le pays a lancé un tout nouveau visa permettant aux touristes de visiter l'Arabie Saoudite jusqu'à 90 jours. Néanmoins, pas certain que l'idée de se faire arrêter pour porter un short, ou parce qu'on est LGBT+ puisse redorer l'image du pays. En mars 2017, deux personnes trans' auraient été battues à mort dans l'émirat, d'après les activistes pour les droits humains du groupe Blue Veins. Un fait démenti par les autorités locales qui n'a pu être vérifié par Human Rights Watch.

À LIRE AUSSI : Arabie Saoudite : malentendu à cause d'un rainbow flag

Suhail al-Jameel a interpellé, sur Twitter, les principaux médias saoudiens et américains, les rares associations LGBT+ présentes au Royaume d'Arabie Saoudite ainsi que quelques personnalités connue pour leurs combats en faveurs des personnes LGBT+. "Si tu es gay et que tu as de l'argent, restes loin de l'Arabie Saoudite, il n'y a aucune place pour toi, c'est illégal d'être qui tu es et c'est très triste", a conclu le jeune homme.

 

Crédit photo : Twitter/@suhail_y_y


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail