Un mémorial pour les déportés homosexuels bientôt érigé à Paris

INFO TÊTU - Selon nos informations, la mairie de Paris souhaite installer un monument en hommage aux déporté.e.s homosexuel.le.s dans le VIIIe arrondissement.

C'était un monument réclamé de longue date par les associations. Selon nos informations, un mémorial pour les déporté.e.s homosexuel.le.s sera bientôt érigé à Paris. "L’idée est de créer le plus rapidement possible un lieu mémoriel aux personnes déportées et assassinées du fait de leur homosexualité", a annoncé à TÊTU Emmanuel Grégoire, le premier adjoint d'Anne Hidalgo.

La création de ce monument se fera en lien avec l’association Les Oublié.e.s de la Mémoire, qui sera notamment chargée de la "dimension artistique" de ce mémorial, précise Emmanuel Grégoire. "L'association doit nous présenter un projet artistique qui sera ensuite soumis à nos techniciens et aux agents de la Ville qui jugeront si c'est physiquement possible", précise-t-on dans l'entourage de l'élu.

Situe allée Marcel Proust ?

Le monument devrait être installé allée Marcel Proust, dans le VIIIe arrondissement de la capitale, à quelques pas des Champs-Elysées. Un choix encore suspendu à l'accord de la commission départementale de la nature des sites et des paysages (CDNPS). "On étudie des lieux alternatifs si jamais l’allée Marcel Proust ne fonctionnait pas", rassure Emmanuel Grégoire, qui espère une inauguration du lieu dans les prochains mois.

A LIRE AUSSI : Déportation pour motif d'homosexualité : comment faire vivre la mémoire ?

Les Oublié.e.s de la Mémoire réclamaient ce lieu depuis plusieurs années, comme nous l'expliquions déjà dans un article de 2017 consacré à ce sujet. A l'époque, l'association avait été reçue à l’Élysée par François Hollande qui souhaitait, lui aussi, que ce projet aboutisse.

"Fin 2020-début 2021"

Contacté par TÊTU, le président de l'association David Cupina confirme ces informations, expliquant toutefois que le projet devrait plutôt voir le jour "fin 2020-début 2021". Sur l'aspect artistique du mémorial, il évoque un "monument contemporain et pas seulement historique". "On ne veut pas d'un bloc en pierre avec des noms gravés. Le monument doit aller au-delà de commémorer les déporté.e.s homosexuel.le.s et doit inclure toutes les persécutions envers les personnes LGBTI."

Selon le président des Oublié.e.s de la Mémoire, les financements pourraient venir de la Fondation de France, de l'Etat, de mécènes ou encore de citoyens. "La mairie, elle, met à disposition le lieu et s'occupera de l'entretien", précise David Cupina.

Une plaque commémorative en hommage à Bruno Lenoir et Jean Diot, les deux derniers hommes condamnés à mort pour homosexualité en France, avait déjà été inaugurée en octobre 2014 devant le 67 rue Montorgueil, dans le IIe arrondissement de la capitale.

Table ronde

Par ailleurs, une table ronde sur le thème de "la persécution des personnes homosexuelles sous le nazisme" est organisée ce dimanche 3 novembre au Mémorial de la Shoah. "Comment la répression de l’homosexualité en France s’est-elle exercée ? Quel est l’état actuel de la mémoire de cette persécution ?", peut-on lire dans le communiqué de presse.

Cet évènement sera animé par Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers, en présence d'Insa Eschebach, Chantal Meyer-Plantureux et Arnaud Boulligny.

Article mis à jour lundi 18 novembre à 16h42

Crédit photo : wikimedia commons.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail