facebook

Jair Bolsonaro s’excuse après une remarque homophobe

Le président brésilien, bien connu pour son homophobie revendiquée, a présenté ses excuses suite à une énième injure homophobe. Une première.

Jair Bolsonaro ne s'est jamais montré ni bienveillant, ni tolérant envers la communauté LGBT+. Dès le début de son mandat présidentiel en janvier dernier, le chef d'Etat brésilien ne perd pas de temps, prenant des mesures allant à l'encontre des droits des personnes LGBT+ dans le pays. En effet, Bolsonaro s'est toujours présenté comme un véritable ennemi des droits fondamentaux par ses politiques, ses prises de positions, ses frasques...

On se souvient l'avoir entendu dire préférer voir son fils mourir dans un accident que de le voir être gay précisant, dans Playboy, qu'il serait "incapable d'aimer son fils s'il se révélait être homosexuel." Néanmoins, ne dit-on pas qu'il ne faut jamais jurer "Fontaine je ne boirai jamais de ton eau" ?

"Une tête d'homosexuel"

Le 22 décembre dernier, une conférence de presse s'est improvisée alors le président brésilien sortait de la résidence présidentielle. Comme il se plaît à le faire, le chef d'Etat s'approche des sympathisants venant le saluer et des journalistes avides de questions. Questions qui dérangent parfois le président. Et lorsqu'un journaliste a tenté de questionner ce dernier sur les soupçons de détournement de fonds qui pèsent sur son fils, le sénateur Flavio Bolsonaro, le père s'est offusqué avant de réagir comme il sait si bien le faire. Le président brésilien a alors rétorqué au journaliste qu'il avait une "tête d'homosexuel". "Ce n'est pas pour autant que je t'accuse d'être homosexuel", aurait renchérit Bolsonaro.

Une tactique de dénigrement de la presse que Jair Boslonaro s'est plu à élaborer depuis sa campagne présidentielle. Au même titre que son homologue américain, le président brésilien se plaît à discréditer tout titre de presse ne faisant partie de ses militants d'extrême droite.

Des excuses à demi-mot

Ses commentaires ont suscité des critiques à tous les niveaux. Le journal brésilien O Estado de S.Paulo, l'une des plus grandes publications du pays, a écrit dans son éditorial que Bolsonaro n'avait pas le "décorum nécessaire à son titre de président du Brésil", ajoutant que ses actions "font honte aux citoyens et compromettent la la réputation du pays."

Mais, fait peu commun, d'après le site d'information brésilien, G1, Jair Bolsonaro se serait excusé,  bien que petites et sans consistance aucune : "J'avais tort. Je n'aurai pas du le dire." Reste à savoir s'il s'excuse bien pour ses propos homophobes ou si, selon lui, "tête d'homosexuel" serait une insulte trop grave pour un tel incident.

A LIRE AUSSI : Homophobie, « idéologie de genre »… : Trump et Bolsonaro filent le parfait amour

Crédit photo : Fabio Rodrigues Pozzebom/Agência Brasil


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail