demandeurs d'asileUn demandeur d'asile gay poursuit en justice l'administration Trump, qui veut le renvoyer au Guatemala

Par Timothée de Rauglaudre le 12/02/2020
Guatemala

Un jeune migrant homosexuel ayant fui le Salvador après avoir été menacé par le membre d'un gang doit être renvoyé vers le Guatemala, où il dit craindre pour sa sécurité. Soutenu par plusieurs organisations, il a déposé une plainte contre l'administration Trump.

La plainte a été déposée par plusieurs groupes dont l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) et le National Immigrant Justice Center. Connu sous le nom d'U. T. dans les procédures, le jeune homme de 23 ans, originaire du Salvador, a fui son pays pour rejoindre les États-Unis parce qu'il était menacé par un membre d'un gang, avec qui il avait refusé d'avoir des rapports sexuels, rapportait lundi 10 février le site d'information américain LGBTQ Nation. L'administration veut désormais l'envoyer au Guatemala, pays avec lequel États-Unis ont signé l'année passée un accord de "pays tiers sûr" qui permet d'y envoyer les demandeurs d'asile originaires d'Amérique centrale.

À LIRE AUSSI : Trump pense qu’il est une icône LGBT+, un adolescent gay le « trolle » en beauté

"Il a peur d'être assassiné ou attaqué dans son pays d'origine en raison de son orientation sexuelle", écrit le site d'information britannique PinkNews. U. T., qui a traversé le Guatemala avant d'atteindre les États-Unis, dit y avoir été victime de "harcèlement homophobe". Il dit l'avoir confié aux gardes à la frontière, sans réaction. "C'est une vaste farce, a-t-il déclaré à BuzzFeedPourquoi ? Je me suis vraiment senti trompé. Tous mes sacrifices avaient été en vain. Maintenant je vais être renvoyé au Guatemala, où je ne serai pas protégé. J'étais dévasté par la situation."

"Traitements cruels, inhumains et dégradants"

Une mère hondurienne s'est jointe à la plainte d'U. T. portée par l'ACLU. Réfugiée aux États-Unis après que son mari et sa belle-sœur ont été assassinés par un gang au Honduras, elle aussi doit être expulsée à cause de l'accord sur le "pays tiers sûr". "Le cas de ces plaignants illustre à quel point les attaques de l'administration Trump contre le système d'asile sont devenues sans pitié et à quel point nous nous sommes éloignés de nos propres valeurs en tant que pays", a déclaré à PinkNews Ruben Loyo, avocat pour le National Immigrant Justice Center.

À LIRE AUSSI : "Tester" l'homosexualité des demandeurs d'asile n'est plus légal dans l'UE

D'après un rapport de l'International Gay and Lesbian Human Rights Commission datant de 2012, au Guatemala, les personnes LGBT+ sont confrontés à des "traitements cruels, inhumains et dégradants, y compris une menace constante de violence qui équivaut à de la torture, des disparitions forcées, des violences sexuelles dans les centres de détention et des essais médicaux non consentis". "La politique de l’administration est aussi insensée qu’illégale et met directement les demandeurs d’asile en danger", a dénoncé auprès de PinkNews Blaine Bookey, codirecteur juridique du Center for Gender and Refugee Studies.

 

Crédit photo : The White House / Wikimedia Commons