facebook

Diana Zurco devient la première présentatrice télé transgenre en Argentine

Dans un pays où les personnes transgenres peuvent facilement changer d'état civil mais sont peu représentées, la promotion de Diana Zurco comme présentatrice est une bonne nouvelle.

L'Amérique latine, et en particulier l'Argentine, a été pionnière dans les droits des personnes transgenres. Le pays vient de franchir une nouvelle étape, comme l'a relevé le site d'information LGBT+ britannique PinkNews dans un article publié dimanche 22 mars. Pour la première fois, la semaine passée, une femme transgenre a présenté les informations à la télévision.

À LIRE AUSSI : Le fils du nouveau président argentin est une drag-queen

Âgée de 40 ans, la journaliste Diana Zurco vient d'être promue co-présentatrice du journal télévisé sur la chaîne publique Televisión Pública Argentina. Elle espère bien faire bouger les mentalités, dans un pays où l'espérance de vie des personnes transgenres est de 41 ans, soit quasiment la moitié de la population générale... "Ma présence met la société au défi", a-t-elle estimé auprès de l'agence de presse états-unienne Associated Press.

"Nous en sommes capables"

Un beau message d'espoir que Diana Zurco a développé : "C’est une invitation à la société qui dit : "C'est moi et, derrière moi, il y a d'autres gens comme moi qui veulent s'exprimer. Nous en sommes capables, nous pouvons étudier, nous pouvons nous former, nous pouvons vous communiquer ce qui se passe dans notre pays.""

À LIRE AUSSI : Un documentaire sur la transphobie en Argentine cherche des financements

La loi sur l'identité de genre adoptée en 2012 par le Congrès, sous l'impulsion notamment de la militante Lohana Berkins et avec le soutien de la présidente Cristina Kirchner, a fait de l'Argentine l'un des pays les plus progressistes au monde en matière de droits des personnes transgenres en mettant leur autodétermination au cœur du dispositif législatif. Mais la représentation de celles-ci dans les médias reste largement cantonnée aux programmes de divertissement, notamment les telenovelas, équivalent latino-américain des soap operas.

"Une très bonne professionnelle"

D'après celle qui est depuis le mois de janvier présidente de Radio y Televisión Argentina Sociedad del Estado, Rosario Lufrano, ce sont les compétences professionnelles de Diana Zurco et non sa transidentité qui l'ont menée à ce poste de présentatrice.

À LIRE AUSSI : Une chroniqueuse football du Guardian fait son coming out transgenre

"Nous ne sommes pas allés chercher Diana Zurco parce qu'elle était une présentatrice trans. Nous l'avons choisie parce qu'elle est une très bonne professionnelle, a-t-elle développé auprès d'Associated Press. La seule façon d'y arriver est de vous ouvrir les portes. Nous savons tous combien il est difficile pour ces femmes de gagner leur place."

 

Crédit photo : Televisión Pública Noticias/YouTube


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail